• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Cinq nouveaux monuments historiques en Nord Pas-de-Calais

La collégiale Saint-Pierre de Douai. Image d'illustration. / © MaxPPP
La collégiale Saint-Pierre de Douai. Image d'illustration. / © MaxPPP

Les cinq nouveaux monuments protégés au titre des monuments historiques sont l’église Saint-Érasme à Sercus, l’abbaye de Cercamp à Frévent, (classées) et l'église Saint-Vincent-de-Paul à Boulogne, un hôtel particulier à Arras, et l’ancienne abbaye du Mont-Saint-Eloi (inscrits).

Par @F3nord

Les monuments inscrits

L'inscription est le premier des deux niveaux de protection. Elle se décide sur réunion de la commission régionale des patrimoines et des sites qui émet un avis favorable ou non et qui est ensuite validé par le préfet de Région qui suit, en général cet avis "scientifique". Le préfet prend alors un arrêté pour inscrire le monument au titre des monuments historiques.

  • L'église Saint-Vincent-de-Paul, située dans le quartier de Capécure à Boulogne-sur-Mer, a été construite par Yves Laloy de 1951 à 1961 dans le cadre de la reconstruction de la ville après les destructions de la guerre. Représentative du renouveau de l’Art sacré dans la seconde moitié du XXe siècle, elle présente un ensemble de vitraux remarquables réalisés par le boulonnais Henry Lhotellier. Après l’obtention d’un label Patrimoine du XXe siècle en 2009, elle a donc été inscrite en totalité. 

  • L'hôtel particulier, situé 2 rue Notre-Dame/17 Place de la Préfecture à Arras, prend lasuite d’une maison canoniale. Il raconte une histoire urbaine de la ville depuis le castrum romain jusqu’aux dommages de la grande guerre, en passant par l’architecture médiévale de ses caves, la présence de l’ancienne Cité épiscopale et l’habitat des notables de la Monarchie de Juillet. L’inscription concerne les façades et toitures de l'hôtel particulier et en totalité ses caves, son mur de clôture, sa cour pavée et son jardin.

  • L’ancienne abbaye du Mont-Saint-Eloi est un témoignage d’une institution religieuse majeure de l’Ancien Régime dont les tours sont classées depuis 1921. Les fouilles récentes menées par le service archéologique du Conseil général du Pas-de-Calais ont permis de mettre au jour des éléments importants des abbatiales successives du moyen-âge et de l’époque moderne. D’autre part une étude plus large de l’ancien enclos abbatial a mis en évidence la présence de nombreux vestiges notamment des murs d’enceinte. Une harmonisation globale de la protection a donc été décidée avec l’inscription en totalité du sol et du sous-sol de l’ancien enclos abbatial avec tous ses vestiges et des éléments en élévation suivants : murs de soutènement et de clôture intérieurs et extérieurs avec leurs portails, vestiges du portail d’entrée principal.

Les monuments classés

Le classement, est le second des deux niveaux. Il se décide, selon le même schéma qu'en région, mais cette fois à Paris devant la commission de classement, qui émet un avis que le ministre de la Culture valide ou non. C'est donc en l'occurrence Fleur Pellerin qui a signé l'arrêté. Les travaux sur bâtiments classés ne peuvent être réalisés sans l'accord des Architectes des Bâtiments de France.

  • l’église Saint-Érasme à Sercus (Nord) a été classée en totalité. Le clocher roman (XIIe siècle) était classé depuis 1913, reconnaissant ainsi l’exceptionnalité de cet élément dans l’architecture religieuse régionale. L’imprécision de cette protection initiale excluait cependant le choeur lui aussi roman et d’autres parties anciennes de l’église. L’inscription au titre des monuments historiques du 3 juin 2014 était une première étape vers le classement global. La commission nationale des monuments historiques a ainsi reconnu l’extrême rareté des vestiges de l’époque romane dans notre région et les qualités architecturales de cette modeste église de Flandre.

  • l’abbaye de Cercamp à Frévent (Pas-de-Calais) était protégée partiellement par deux types de protection, inscription et classement, datant respectivement de 1946-1947. En raison de l’exceptionnel intérêt architectural et historique de cette très importante abbaye du nord de la France, ayant conservé l’intégralité de son assise foncière, et de son évolution architecturale de sa fondation au moyen-âge jusqu’aux éléments de sa reconstruction au XVIIIe siècle et des aménagements du siècle suivant, la commission nationale des monuments historiques a étendu la protection à l’ensemble du domaine et des ses éléments constitutifs, répondant ainsi au voeu émis par la commission régionale du patrimoine et des sites du 18 février 2014.
Quelque 1 000 à 1 200 monuments sont protégés dans le Nord Pas-de-Calais. 

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus