Trois avocats pour assister le meurtrier présumé d'Aurélie Châtelain

Publié le Mis à jour le
Écrit par avec AFP

Trois avocats, les bâtonniers Gilles-Jean Portejoie et Christian Benoit, avec Me Matthieu De Vallois, vont assurer la défense de Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien de 24 ans en garde à vue depuis dimanche, soupçonné d'avoir projeté un attentat contre une église et d'avoir tué la Noriste Aurélie Châtelain.

"La famille de M. Ghlam et ce dernier m'ont demandé aujourd'hui d'être son conseil. J'assurerai sa défense avec mon confrère Christian Benoit, saisi conjointement", a déclaré à l'AFP Me Portejoie, ancien bâtonnier du barreau de Clermont-Ferrand. "Nous avons demandé à Me Matthieu de Vallois, qui intervient depuis le début à ses côtés de continuer à assister notre client", a-t-il précisé.



Les avocats prévoient de rencontrer pour la première fois leur client vendredi après-midi, alors que sa garde à vue, entamée dimanche, a été prolongée de 24 heures jeudi, selon une source judiciaire. Aux termes des lois sur les affaires liées au terrorisme, la garde à vue peut durer au maximum six jours, et donc jusqu'à samedi Sid Ahmed Ghlam, étudiant en informatique peu assidu, est soupçonné d'être impliqué dans le meurtre d'Aurélie Châtelain, 32 ans, commis dimanche à Villejuif. "Travailler à trois ne sera pas de trop, compte tenu de la complexité du dossier", a estimé Me Benoit, ancien bâtonnier du barreau de Saint-Dizier (Haute-Marne), également contacté jeudi par la mère et la soeur du suspect qui résident à Saint-Dizier, pour être son conseil.



"Me Portejoie et moi-même avons déjà travaillé ensemble en matière pénale et nous allons travailler de nouveau en toute confiance", a-t-il ajouté. La prolongation de la garde à vue au-delà de 96 heures est rarissime, mais est notamment autorisée par la loi dans le contexte d'un "risque sérieux de l'imminence d'une action terroriste en France".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité