• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

La résistante samarienne Madeleine Riffaud à l'honneur ce soir sur France 3

© Capture écran France 3 Paris
© Capture écran France 3 Paris

Madeleine Riffaud, 91 ans, fut l'une des seules femmes devenue franc-tireur durant la Seconde Guerre mondiale. En 1944, elle abat même un officier allemand. Le documentaire Résistantes, diffusé ce lundi 25 mai sur France 3, retrace son parcours et celui de trois autres femmes résistantes.

Par NT

On a oublié d’inscrire leurs noms dans les livres d’Histoire. Et pourtant, lorsqu’elles avaient 20 ans, elles ont sauvé la France. Aujourd’hui, ces anciennes résistantes ont 90 ans ou plus témoignent. Pas seulement de leurs 20 ans héroïques, mais aussi des 70 années qui ont suivi, de la bataille de la mémoire, du bilan de leur vie. 

Ce soir, France 3 consacre une soirée spéciale aux femmes et à leur rôle dans la Seconde Guerre mondiale. Après un premier documentaire : Elles étaient en guerre, diffusé à 20h50, trois survivantes témoignent dans Résistantes à 22h20. Parmi elles : Madeleine Riffaud, originaire du Santerre dans la Somme.

L'incroyable destin de Madeleine Riffaud


Après avoir grandi en Picardie - ses parents sont instituteurs dans la Somme - Madeleine Riffaud s’engage dès 17 ans dans la Résistance à Paris. Elle rejoint vite les FTP, les résistants communistes. En juin 1944, alors que les Alliés débarquent en Normandie, la Résistance parisienne décide de passer à l’offensive et Madeleine se porte volontaire.

A l'été 1944, la jeune femme de 20 ans abat un officier allemand en pleine rue à Paris, de deux balles dans la tempe. Arrêtée par un milicien, Madeleine est livrée à la Gestapo, torturée puis condamnée à mort. Par chance, elle est finalement libérée dans un échange de prisonniers, quelques jours avant la libération de Paris. Et elle poursuit son action. Le 23 août 1944, elle dirige l’attaque d’un train allemand entre Belleville et la Villette. 150 soldats allemands sont faits prisonniers.

Après la guerre


Madeleine Riffaud deviendra grand reporter pour le journal l’Humanité, couvrant différents conflits comme la guerre d’Algérie ou du Vietnam. Aujourd’hui, elle vit seule dans un appartement dans le quartier du Marais, à Paris.

Fin 2013, le Courrier Picard avait rencontré deux réalisateurs : Laurence Karsznia et Mourad Laffitte, en plein tournage d'un documentaire sur Madeleine Riffaud dans le Santerre, là où elle s'est forgée son esprit de liberté. Cette fois, Résistantes la met à nouveau à l'honneur sur France 3 avec deux autres femmes de la Résistance : Marie-Jo Chombart de Lauwe et Cécile Rol-Tanguy.

Sur le même sujet

Avec Arnaud Ducoudré, directeur d'antenne Sanef 107.7

Les + Lus