• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

4ème nuit de tension à Tourcoing : 14 voitures incendiées, 12 interpellations

Ce contenu n'est plus disponible

Nouvelle nuit de tension la nuit dernière à Tourcoing. La 4ème de suite. 

Par @F3nord

14 voitures ont été incendiées cette nuit à Tourcoing, essentiellement dans le quartier de la Bourgogne, sous tension depuis le week-end dernier et la mort d'un jeune de 19 ans qui a voulu échapper avec deux autres personnes à un contrôle de police. 12 personnes ont été interpellées. Selon la préfecture du Nord, on a compté également trois feux de poubelle. 

Un important dispositif de sécurité avait été déployé dans le quartier: près de 150 policiers et gendarmes sur le terrain appuyés par un hélicoptère.
Les gendarmes, qui s'étaient concentrés jeudi soir sur la place de la Bourgogne, épicentre éponyme du quartier, ont subi quelques provocations et jets de briques peu avant 23H30, une fois la nuit tombée. Les auteurs de ces faits, une vingtaine semble-t-il, ont ensuite rapidement pris la fuite, sous le regard de quelques habitants du quartier venus voir ce qu'il se passait.

Appels au calme

Ce jeudi, le préfet et le maire de la ville avaient pourtant appelé au calme : "Maintenant, il est plus que temps que la République et l’ordre républicain règnent dans toutes les rues de notre ville ", avait déclaré dans La Voix du Nord, Gérald Darmanin. Invité de France Bleu Nord ce vendredi matin, il a réaffirmé son soutien aux forces de l'ordre : "J'ai aussi apporté mon soutien très important aux forces de police nationale et municipale, qui ont été accueillies à coup de jets de pierre, de cocktails molotov. Ils ont protégés les bâtiments publics, la médiathèque de la Bourgogne, le service de Lille Métropole Habitat, mais aussi les écoles. Et puis la propreté urbaine de la ville de Tourcoing, dès le lendemain des émeutes, a essayé de rendre le quartier le plus agréable possible pour des habitants du quartier qui eux n'ont rien demandé" Ce jeudi, Pierre-Eliott Zighem, 19 ans, a été enterré. 
La nuit dernière, à Tourcoing. / © AFP
La nuit dernière, à Tourcoing. / © AFP
Les violences dans cette ville de 92.000 habitants, l'une des plus importantes de l'agglomération lilloise, en proie à un fort chômage (22%, près de 40% pour les 15-24 ans) ont débuté après la mort dans la nuit de dimanche à lundi de ce jeune automobiliste, qui a refusé de s'arrêter lors d'un contrôle de police.

"La police a fait son travail"

Le procureur de Lille, Frédéric Fèvre, lors d'une conférence de presse, a souhaité jeudi après-midi "rétablir la vérité" sur l'accident qui a coûté la vie au passager avant et blessé grièvement le conducteur, qui est dans le coma, dans un état stationnaire. Un troisième homme, passager arrière, s'est
brisé le fémur. Vers 2H15 du matin lundi, un véhicule de police-secours avait décidé d'intercepter une Peugeot qui venait de griller un feu. Selon le magistrat, cette dernière accélère et fait des embardées "pour empêcher (les policiers) de se porter à sa hauteur".

Les policiers, qui décident de ralentir sur une route glissante, perdent alors de vue le véhicule avant un virage. Une fois le tournant franchi, ils se rendent
compte que la Peugeot a percuté un arbre. "Les policiers ont fait tout leur travail et rien que leur travail. Ils ne sont en rien impliqués", a affirmé le magistrat. L'enquête a permis de montrer que le véhicule faisait l'objet d'une mesure d'immobilisation pour défaut d'assurance. "Le passager arrière nous l'a confirmé. Le conducteur (le) savait et ne voulait pas payer une amende s'il était pris", a rapporté le procureur.
Tensions à Tourcoing
Les trois occupants, trois jeunes majeurs, étaient "très défavorablement" connus de la justice et des services de police. A Tourcoing, c'est une autre version qui a les faveurs des habitants du quartier, selon l'un d'entre eux qui a rapporté à l'AFP "une course-poursuite de 10 à 12 minutes. Les policiers ont donné des coups de pare-choc qui ont envoyé la voiture dans l'arbre".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les concerts puis confidences d'Arno et de Dick Annegarn

Les + Lus