• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Violences à Tourcoing : deux condamnations à de la prison ferme

Tourcoing, jeudi soir. / © AFP
Tourcoing, jeudi soir. / © AFP

Trois personnes comparaissaient devant le tribunal de Lille, et trois mineurs étaient présentés à un juge pour enfants, vendredi à l'issue de la vingtaine de gardes à vue liées aux trois premières nuits de violences cette semaine à Tourcoing (Nord).

Par @F3nord avec AFP

Deux condamnations à six mois de prison ferme pour deux jeunes mineurs (l'un était accusé d'avoir foncé sur des policiers, l'autre de leur avoir jeté des pierres), une condamnation à du travail d'intérêt général : trois personnes ont été condamnées ce vendredi en comparution immédiate par le tribunal de Lille. Elles ont participé aux violences en début de semaine la nuit à Tourcoing. 

"Il y a en tout aujourd'hui six personnes qui sont déférées, trois en comparution immédiate qui est en train de se dérouler, et trois mineurs qui passent en ce moment même devant le juge des enfants", avait indiqué Bruno Dieudonné, procureur adjoint de Lille. Le parquet a demandé le placement sous contrôle judiciaire des mineurs avec l'interdiction de reparaître sur le lieu des affrontements et de sortir de leur domicile "au-delà d'une certaine heure", a ajouté le magistrat.

Sur quelque 23 gardes à vue en rapport avec les trois nuits de lundi soir à jeudi matin, 14 ont été levées, et certaines des neuf autres ont été prolongées, a-t-il ajouté. Les gardes à vue concernent des faits de violences sur policiers, soit par jets de projectiles, soit avec des véhicules utilisés pour foncer sur les forces de l'ordre, et pour participation à attroupement.

12 interpellations la nuit dernière

Par ailleurs, au cours de la quatrième nuit d'incidents, celle de jeudi à vendredi, 12 personnes ont été interpellées à Tourcoing et 2 à Roubaix, puis placées en garde à vue entre 22H00 et 3H00 du matin. Les interpellations ont été effectuées principalement pour participation à un attroupement. L'une d'entre elle l'a été pour violence sur policier, par jet de projectile. Cinq des 14 individus concernés sont mineurs, et certains sont venus de Belgique, a souligné Bruno Dieudonné.

Les violences avaient éclaté après la mort dans la nuit de dimanche à lundi dans le quartier de La Bourgogne d'un des passagers d'un véhicule qui a refusé de s'arrêter lors d'un contrôle de police et a percuté un arbre.

A lire aussi

Sur le même sujet

La Transbaie en 1989

Les + Lus