67% des chefs d'entreprises des Hauts-de-France se disent affectés par les mouvements de grève

67% des chefs d'entreprises se disent impactés par les mouvements de grève. / © FREDERIK GILTAY
67% des chefs d'entreprises se disent impactés par les mouvements de grève. / © FREDERIK GILTAY

Selon une étude de la chambre de commerce et de l'industrie (CCI) des Hauts-de-France réalisée sur 1562 chefs d'entreprise, 67% estiment que les mouvements de grève ont eu un impact sur leur activité et leur chiffre d'activité. 

Par Noémie Javey avec Alix Guiho

D'après une étude réalisée par la CCI Hauts-de-France (Chambre de Commerce et d'Industrie), une grande majorité des chefs d'entreprise considèrent que leur activité a été affectée par les mouvements de grève en cours en France autour de la réforme des retraites.  

Ils sont par exemple 86 % dans les métiers de l'hôtel, café et restauration à déclarer un chiffre d'affaires en baisse. En deux semaines de grève, Florence Beurotte, responsable de l'hôtel Brueghel à Lille dit avoir enregistré 40% d'annulation.

A cette situation, s'ajoutent aussi des problèmes logistiques : "On a des femmes de chambre qui ont des enfants à l'école et les écoles font grève, on a des clients qui pleurent dans le salon parce qu'ils n'ont pas de train pour rentrer chez eux, ils loupent leur Eurostar, c'est très compliqué à gérer".
 
A Lille, quel est l'impact du mouvement de grève sur les commerçants ?

Paul Pelaprat, reconnaît aussi des difficultés liées aux grèves pour la brasserie lilloise Morel.J et Fils dont il est responsable adjoint, notamment concernant les touristes étrangers : "On a une grosse clientèle de Belges et de Néerlandais qui sont pénalisés car pour venir ici, au niveau des transports, c'est assez compliqué. Ça renvoie aussi une image assez négative".

Selon l'étude de la CCI, 86% des métiers de l'hôtellerie et de la restauration ont constaté une baisse de la fréquentation. Le commerce de détail n'est pas non plus épargné. Ils sont 70% à se dire touchés financièrement et 71% à avoir constaté une baisse de la fréquentation.

Bérengère Deprez, gérante d'une boutique de prêt à porter dans le Vieux-Lille constate un changement des habitudes de ses clients : "Les gens viennent plus sur du week-end que sur la semaine. Il y a des manifestations la semaine qu'il n'y a pas le week-end, les gens concentrent leurs achats sur le week-end."
 

Le télé-travail ou l'aménagement des horaires


Face aux difficultés des salariés de se déplacer jusqu'à leur lieu de travail qui concernerait 41% des entreprises de l'étude, des aménagements ont été proposés.

Ils sont ainsi 61% des chefs d'entreprise à avoir privilégier une plus grande flexibilité des horaires, notamment dans le secteur des services et dans le commerce de détail. 26% d'entre eux, ont proposé à leurs salariés de rester chez eux pour travailler via le télé travail. 
 

Ouvrir les commerces le dimanche en période de soldes ?

 

Pour inverser cette tendance et venir en aide aux chefs d'entreprise en difficulté, la CCI fait plusieurs propositions dans la suite de cette étude : 
  • trouver des mesures d'allégement et d'étalement des charges fiscales et sociales
     
  • mettre en place une dérogation pour ouvrir les commerces le dimanche pendant les soldes, comme ce qui avait été autorisé pendant les mouvements de gilets jaunes. 
     
  • proposer des mesures d'accompagnements adaptées aux secteurs d'activité
     
  • anticiper un plan de poursuite d'activité avec les pouvoirs publics pour soutenir l'emploi et l'activité

 

Sur le même sujet

Les + Lus