À cause de la météo, un début de saison en demi-teinte pour les producteurs d'asperges : "le problème, c'est la quantité"

La récolte des asperges bat son plein dans l'Aisne, mais les plantes potagères souffrent du mauvais temps. Plus lentes à pousser, moins nombreuses, les producteurs d'asperges concluent déjà à une année décevante. Alors que le gel menace, le temps est compté pour les agriculteurs. La récolte se termine traditionnellement en juin.

C'est un produit de saison qui se consomme à l'arrivée des beaux jours : l'asperge. Cependant, cette année, les conditions météorologiques ne sont pas au beau fixe. Les températures, basses pour la saison, ne permettent pas à la plante potagère de pousser correctement.

À Leuilly-sous-Coucy dans l'Aisne, la recolte vient de débuter. Entre les travées, Louis de Bussy, constate déjà que les rendements seront plus faibles cette année. En 2022, l'agriculteur avait produit vingt tonnes d'asperges. "Elles sont belles, comme tous les ans, mais le problème, c'est la quantité, il y en a beaucoup, beaucoup moins, du fait des chaleurs, explique le producteur, il fait froid la nuit donc c'est un peu plus compliqué."

Une production en baisse

La perte est estimée à 40% par l'agriculteur. Sur l'exploitation, la baisse se fait aussi sentir au niveau du personnel, moins nombreux cette année. Les saisonniers, affectés exclusivement à la cueillette en temps normal, font aussi du tri cette saison. "C'est un peu compliqué pour l'instant, admet Sylvie Jolibois salariée de l'exploitation, d'habitude, je suis dehors pour ramasser, mais là le temps ne permet pas de cueillir normalement. Il faut rester positif, ça va venir !"

Du positif, il y en a quand même du côté de Dravegny (Aisne). À La Ferme de Gaston, Baptiste Hedoin a commencé la cueillette de ses asperges dès le 1er avril, soit une quinzaine de jours avant ses pairs. "Je suis sur ma deuxième année de production. J'ai cette chance d'avoir de jeunes plants qui poussent donc plus tôt."

Mais la joie s'arrête là : les conditions climatiques impactent aussi sa production. "La saison dernière, on n'a eu un seul jour de pluie, cette année, c'est un jour de pluie sur deux avec des températures en dessous de 5° la nuit, explique Baptiste Hedoin avant de conclure, fatalement les asperges ne poussent pas comme on le voudrait.

L'asperge, une saison courte 

Les habitudes ont la vie dure : pour les consommateurs, l'asperge est un produit saisonnier, qui sort des cuisines une fois le printemps passé. Baptiste Hedoin le constate d'ores-et-déjà. "Autour de Pâque, les ventes explosent, tout le monde veut de l'asperge, mais à partir de la mi-mai, il n'y a plus personne." Le temps des dernières semaines n'aide pas non plus à la consommation, "quand il pleut averse, on le voit bien, les clients ne se bousculent pas pour manger de l'asperge". 

Du côté de Leuilly-sous-Coucy, Hubert de Bussy s'inquiète de la concurrence des producteurs étrangers en ce début de saison. Car si les prix de ventes se maintiennent, "c'est difficile dans la région", précise-t-il, "tout le monde est en manque d'asperges et les pays étrangers arrivent sur les marchés". L'Allemagne et les Pays-Bas sont les principaux producteurs européens d'asperges. 

En cette fin du mois d'avril, le gel menace en Picardie et la hausse des températures n'est pas encore à l'ordre du jour. Pas de quoi rassurer les professionnels : la saison s'achève traditionnellement début juin. 

Avec Rémi Vivenot / FTV 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité