À Villers-Cotterêts dans l'Aisne, la future cité internationale de la langue française cherche son hôtel

Publié le
Écrit par Eric Henry
Le château de Villers-Cotterêts dans l'Aisne.
Le château de Villers-Cotterêts dans l'Aisne. © FTV

À Villers-Cotterêts, la cité internationale de la langue française doit ouvrir ses portes au printemps 2002 dans le cadre prestigieux de l'ancien château royal. Le centre des monuments nationaux vient de lancer un appel à projet pour la réalisation d'un complexe hôtelier.

Les candidats ont jusqu'au 31 janvier 2022 pour déposer leurs offres. La future cité internationale de la française voulue par Emmanuel Macron doit disposer de son hôtel et proposer une offre de restauration. Le centre des monuments nationaux (CMN) a annoncé vendredi 26 novembre l'ouverture "d'un appel à manifestation d'intérêt". Il s'agira d'exploiter une offre d'hôtellerie et de restauration et éventuellement de proposer des espaces pour l'animation de séminaires.

Un hôtel mais aussi une résidence

Le centre des monuments nationaux envisage la création d'un hôtel 3 ou 4 étoiles de 40 à 80 chambres ainsi qu'une résidence. Cette dernière sera consacrée aux séjours plus longs pouvant aller jusqu'à quelques mois. Cet espace distinct de l'hôtel proposera une vingtaine de lieux de vie. La résidence sera destinée plus précisément aux professionnels artistes, chercheurs ou même entrepreneurs venus animés les espaces culturels de la cité internationale de la langue française. Ces invités seront sélectionnés par le centre des monuments nationaux et disposeront d'espaces de travail au second étage du logis royal.

Le CMN indique que l'hôtel et la résidence devront être complétés par un bar-restaurant et un espace dinatoire susceptible d'accueillir des groupes. Les activités du candidat retenu pourront se développer sur un espace potentiel de plus de 6 000 m2 dans les ailes est, sud et ouest de la cour des offices du château. L'appel à projet laisse aussi la possibilité à l'investisseur d'aménager un spa et un espace fitness.

Une épine pour le futur opérateur: le stationnement

Le maire de Villers-Cotterêts, Franck Briffaut (RN), se félicite du choix fait par l'Etat de recourir à un opérateur privé "plus à même de comprendre les contraintes liées à la nature de son activité". L'édile indique toutefois qu'il sera vigilant "à ce que l'on ne privatise pas des espaces utiles à la ville". Plus précisément, Franck Briffaut redoute les possibles velléités du futur opérateur sur l'impasse du marché de Villers-cotterêts.

Le maire indique ne pas vouloir transiger sur l'éventuelle transformation de ce lieu de vie en parking destiné aux usagers du complexe hôtelier. "Les Cotteréziens ne le supporteraient pas", affirme l'élu. Le château de Villers-Cotterêts se trouve en cœur de ville et les possibilités pour faciliter l'accès à la cité internationale de la langue française sont limitées. Franck Briffaut a toutefois fait preuve d'optimisme sur ce point, ajoutant que les différents partenaires sont "condamnés à s'entendre" pour la réussite de ce projet majeur. 

La question de l'hôtel est centrale dans un projet conçu pour accueillir 200 000 visiteurs par an

Guillaume Dussart

directeur d'Aisne tourisme

Guillaume Dussart, le directeur de l'agence Aisne-tourisme qui va relayer l'appel à projets, reconnait la difficulté de la question du stationnement mais salue la décision de l'Etat de financer le clos et le couvert de la future zone hôtelière dite "zone bleue". "Ce n'était pas prévu au départ et cela renforcera l'attractivité de l'appel à manifestation d'intérêt", s'enthousiasme-t-il. Au moins un investisseur français aurait déjà demandé des renseignements auprès de l'agence. Celle-ci va relayer l'appel à projet du CMN pour tenter de trouver le partenaire idéal. "La question de l'accueil hôtelier est en tout cas centrale dans un projet conçu pour recevoir jusqu'à 200 000 visiteurs par an et dans une zone ou les possibilités d'hébergement sont très limités", ajoute le directeur d'Aisne tourisme.  

Un exemple à méditer: le Puy du Fou

Jacques Krabal, le député LREM de la circonscription qui avait invité Emmanuel Macron, alors simple candidat, à venir sur les lieux nous livre sa vision du futur complexe hôtelier : "cet endroit doit être inclusif dans la lignée des valeurs humanistes portées par la langue française".

L'élu lance l'idée de faire travailler des résidents des Papillons blancs. L'association installée dans le village voisin de Coyolles œuvre pour l'insertion des personnes handicapées. Jacques Krabal, secrétaire général de l'assemblée parlementaire de la francophonie, soutient aussi l'idée de spectacles vivants. " Le modèle pourrait être celui du Puy du Fou avec des créations faisant référence à Alexandre Dumas, Jean de La Fontaine ou Racine tous natifs de l'Aisne"

La question de l'hôtel pose aussi celle d'inciter les touristes à rester sur place pendant quelques jours. Le développement local est à ce prix. Ce chantier là ne fait que débuter.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.