• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Natation : cinq médailles pour Pauline Vanet aux championnats du monde des maîtres

À 27 ans, Pauline Vanet a décroché cinq médailles aux championnats du monde des maîtres, dont deux en or. / © J. Laforest
À 27 ans, Pauline Vanet a décroché cinq médailles aux championnats du monde des maîtres, dont deux en or. / © J. Laforest

Engagée la semaine dernière dans les championnats du monde de natation des maîtres à Gwangju en Corée du sud, l'Axonaise Pauline Vanet a décroché cinq médailles, dont deux en or.

Par Boris Granger

Elle était déjà onze fois championne de France, cinq fois championne d'Europe : ce lundi 19 août, Pauline Vanet est rentrée des championnats du monde des maîtres de Gwangju en Corée du sud avec cinq médailles autour du cou. La maître-nageuse qui évolue au sein du Beautor-natation ajoute ainsi à son palmarès deux médailles d'or, une d'argent, une de bronze et une quatrième place.
 
 

Deux entraînements par jour

"C'est l'aboutissement du travail effectué tout au long de l'année, sourit la championne. J'ai montré que je pouvais être polyvalente et m'affirmer au niveau international." Une belle récompense pour celle qui nage depuis l'âge de 13 ans et qui se rêve en catégorie élite. "Elle se lève à 5h tous les matins pour nager et elle s'entraîne environ deux fois par jour", explique Jacques Laforest, qui l'accompagne en préparation comme en compétition.

Pauline Vanet évolue dans la catégorie des maîtres, une catégorie amateur accessible à tous les nageurs de plus de 25 ans. Elle se situe actuellement au premier échelon (C1) réservé aux compétiteurs dont l'âge est compris entre 25 et 29 ans. Suit le C2 pour les sportifs de 30 à 34 ans, puis le C3 et ainsi de suite, tous les cinq ans. La nageuse, très performante chez les maîtres, aimerait désormais sortir de l'amateurisme pour atteindre la catégorie des élites.
 

Une deuxième place inoubliable

La nageuse de 27 ans est arrivée en Corée du sud dès le mardi 6 août, le temps de s'adapter au décalage horaire, au climat étouffant du pays et à l'alimentation locale. "Le plus dur, confie-t-elle, ça a été les conditions à côté de la compétition." Pourtant, dès sa première course, le 800 m nage libre, elle s'impose à la première place et ouvre le compteur à médailles. "Commencer avec un titre de championne du monde m'a mise en confiance et m'a permis d'aborder les courses suivantes avec moins de pression", explique la nageuse.

Le lendemain, elle décroche la médaille de bronze du 400 m 4 nages, puis la quatrième position du 200 m nage libre avant une deuxième place, le samedi 17, lors du 200 m papillon. Son meilleur souvenir, avec à la clé un record de France dans la discipline. "La cerise sur le gateau", comme elle le dit elle-même, ce sera la victoire du dimanche en 400 m nage libre.
 
 

Objectif Europe 2020

Désormais, pour la nageuse, l'heure est au repos : une pause bien méritée en attendant de voir le calendrier de la saison prochaine et de préparer l'échéance des championnats d'Europe de mai 2020 à Budapest. "Mon objectif, ce sera de conserver mes cinq titres européens et pourquoi pas, conclut-elle, intégrer les élites."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Procès Karmel à Laon

Les + Lus