Le dentiste de Saint-Quentin soupçonné d’escroquerie, relaxé

Après 7 ans de procédure, le tribunal de Saint-Quentin a rendu sa décision ce mardi 3 novembre 2020. Patrice Matiuzzi, dentiste de Saint-Quentin, est relaxé. Il était accusé d'escroquerie à l'assurance maladie qui évaluait le préjudice à 1,6 million d'euros. Le Parquet a 10 jours pour faire appel.

Palais de justice de Saint-Quentin
Palais de justice de Saint-Quentin © FTV
La décision a été confirmée ce mardi 3 novembre 2020, par maître Giuseppina Marras, l'avocate de Patrice Matiuzzi. Ce dentiste saint-quentinois, de 52 ans, a été relaxé par le tribunal de Saint-Quentin, dans l'Aisne. Il était accusé d'avoir facturé des soins fictifs.

"La justice a tranché"

"C'est une excellente nouvelle, se réjouit Me Marras, je vous confirme que le Dr Matiuzzi est complètement innocenté à ce jour sous réserve du délai d'appel. C'est une affaire qui traîne depuis un certain nombre d'années. Il y a eu quasiment sept ans de procédure. Il y a eu une expertise qui est venue mettre à néant les accusations initiales de la caisse. Ce sont des accusations qui sont fondées sur des reconstitutions de chiffres alors que l'expert est venu dire qu'il n'y avait pas formellement d'escroquerie et que tous les actes en bouche avaient été réalisés. la justice a tranché".

Les faits remontent entre 2010 et 2013. Durant cette période, le nombre d'actes très au-dessus de la moyenne des autres praticiens attire l'attention de l'assurance maladie. La CPAM estime que les actes facturés ne peuvent être que fictifs et évalue son préjudice à 1,6 million d'euros.

Lors du procès qui s'est déroulé en septembre dernier, les trois assistantes du praticien ont témoigné en sa faveur et attesté de la réalité des soins.

Condamné une première fois en 2013 pour d'autres faits, Patrice Matiuzzi s'est depuis, expatrié au Luxembourg. Il s'estime victime d'un acharnement de la CPAM. 

Le procureur avait requis une peine de deux ans de prison avec sursis, l'interdiction définitive d'exercer et 200 000 euros d'amende. Aujourd'hui, il est relaxé. "Ça fait des années qu'il clame son innocence, qu'il prépare sa défense avec nous, ses avocats. Il vit véritablement dans l'angoisse. Là, c'est une délivrance, donc on est suspendu à la décision du Parquet".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société