JO de Paris 2024 : la route pour les boxeurs français et les boxeuses françaises démarre à Saint-Quentin

Pour la première fois, la Fédération française de boxe (FFBoxe) a organisé un tournoi de pré-sélection, appelé France 2024. Une première étape à franchir, à Saint-Quentin, dans l'Aisne, pour les meilleurs boxeurs et les meilleures boxeuses tricolores, dans l'espoir d’un ticket aux prochains JO de Paris 2024.

La Fédération française de boxe innove en amont des Jeux olympiques de Paris 2024, afin de constituer la meilleure sélection olympique avec les "meilleurs du moment", souligne Pascal Cordier, vice-président délégué de la Fédération française. Elle organise ainsi un tournoi de pré-sélection, depuis ce vendredi 3 février jusqu’au dimanche 5 février, avec les 38 meilleurs boxeurs et boxeuses de France.

"Il fallait mettre tout le monde devant une égalité de traitement"

Dominique Nato, Président de la Fédération française de boxe

L’objectif est clair, dénicher les athlètes en forme, qu’ils soient déjà médaillés ou non. "L’important, c’était de définir une équipe de France, sans parti pris. On a des gens qui vont participer, comme Estelle Mossely qui est championne du monde de sa catégorie, qui a été championne olympique. Il y a un caractère essentiel de neutralité […] Et d’ailleurs les combats vont être arbitrés par des arbitres étrangers. Il n’y aura pas d’influence de dire :" 'c’est une boxeuse, un boxeur de ma région...' On a beaucoup souffert de ça dans la boxe."

Autre raison de ce tournoi de pré-sélection, comme le souligne Dominique Nato, le président de la Fédération française de boxe, les Jeux de Paris donnent beaucoup d’envie. "Le fait que les Jeux soient à Paris, ça a aiguisé l’appétit un petit peu des boxeurs. Il y a beaucoup de gens qui veulent participer à ces Jeux, veulent gagner des médailles. Donc, il fallait mettre tout le monde devant une égalité de traitement."

38 athlètes engagés

Mais attention, gagner ici, n’assure pas une place aux Jeux de Paris. C’est le point de départ d’une longue route. Par ailleurs, un absent de taille comme Souleymane Cissokho (médaillé de bronze aux JO de Rio, en 2016), aura le droit à une deuxième chance, explique Pascal Cordier. Il participera aux Jeux européens, en position de n°2.

Cet événement, prévu en juin prochain, est le véritable rendez-vous pour ceux qui gagneront le tournoi de pré-sélection, ainsi que pour leur remplaçant. C’est lors de cette compétition que les athlètes pourront décrocher leur ticket pour les Jeux olympiques de Paris 2024.

Au total, 38 athlètes se battent dans treize catégories différentes, sept chez les hommes, et six chez les femmes. Ce tournoi se caractérise par le fait que tous les combattants de chaque catégorie se rencontrent. Perdre son premier combat n'est donc pas synonyme d'élimination. Pour gagner, il faut enchaîner les bons résultats. "On peut perdre le premier combat et gagner les deux autres le lendemain et être sélectionné" indique Pascal Cordier.

À l’issue de ce weekend, il y aura donc 13 qualifiés, avec des remplaçants pour les Jeux européens, entre le 21 juin et le 2 juillet prochain.

Avec Noémie Gobron

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité