Restauration de la cathédrale de Soissons : 3,5 millions d'euros supplémentaires débloqués

Le ministère de la Culture a débloqué une nouvelle enveloppe de 3,5 millions d'euros, affectée à la restauration de la cathédrale de Soissons. Une aide de l'État qui s'inscrit dans le plan de relance de la culture.

Pour l'heure et jusqu'à fin 2021, les travaux de la cathédrale de Soissons se concentrent sur la rosace.
Pour l'heure et jusqu'à fin 2021, les travaux de la cathédrale de Soissons se concentrent sur la rosace. © E. Henry / FTV

Après les vitraux, après la rose, la cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais de Soissons va pouvoir poursuivre sa restauration grâce à un nouveau crédit de 3,5 millions d'euros accordé par le ministère de la Culture dans le cadre de son plan de relance. Une somme conséquente qui permettra de rénover les couvertures de la nef et assurer la mise en sécurité de l'édifice.

"On est ravis de recevoir cette nouvelle dotation qui va nous permettre de tout faire dans la continuité, se réjouit Florence De Vriendt, chargée de mission auprès du diocèse, responsable des relations institutionnelles. L'État avait déjà débloqué un gros budget pour la rose et là, on va pouvoir effectuer le reste du chantier dans sa globalité."

Toiture et sécurité incendie

Les travaux prendront principalement place au niveau du chœur où sera installé un échaffaudage pour restaurer la charpente et les couvertures du bâtiment, notamment par le remplacement des ardoises de la toiture et une révision des évacuations d'eau. Une attention particulière sera également portée à l'installation d'un système de sécurité incendie.

"Avec l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, on a réalisé combien on était vulnérables, poursuit la chargée de mission. On travaille en partenariat avec les pompiers pour aménager l'édifice, notamment en cloisonnant les combles, pour éviter tout risque de feu."

Il faudra néanmoins attendre septembre 2021 pour voir ce nouveau chantier débuter. Pour l'heure, c'est la rose, soufflée par la tempête Egon en 2017, qui fait l'objet de toutes les attentions. Initiée en septembre 2020, la reconstruction de cette rosace de neuf mètres de diamètre exige un travail long et minutieux mobilisant les mains expertes de nombreux professionels des métiers d'art. Tailleurs de pierre, sculpteurs, maîtres verriers ou encore ferronniers s'efforcent de redonner à l'édifice son apparence originelle.

Enveloppe totale de dix millions d'euros

Ce premier chantier, déjà financé à hauteur de 2,6 millions d'euros par l'État, devrait arriver à son terme fin 2021, pour le début de la deuxième vague de travaux. Une dernière phase devrait achever par la suite la restauration du bâtiment, pour un coût total final avoisinant les dix millions d'euros.

"On sait que les sommes engagées sont conséquentes, conclut Florence de Vriendt. La cathédrale d'Amiens a été bien remise à niveau ces dernières années et maintenant c'est notre tour, et on en est très heureux."

À l'échelle nationale, le ministère de la Culture a débloqué deux milliards d'euros en soutien au secteur culturel via son plan de relance, dont l'une des ambitions est de remettre en état le patrimoine culturel. Quinze millions d'euros ont été débloqués dans les Hauts-de-France, en direction par exemple de la cathédrale de Soissons ou de l'abbatiale Saint-Yved de Braine pour le département de l'Aisne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cathédrales culture patrimoine travaux publics économie