Un p'tit coin des Hauts-de-France - Le musée du machinisme agricole à la Ferté-Milon, le paradis des vieilles mécaniques

Inauguré en 1985, le musée du machinisme agricole regroupe les plus belles pièces du monde agricole à La Ferté-Milon dans l'Aisne. Il est même considéré comme l'une des plus belles collections de tracteurs en France.
Le musée compte cinquante tracteurs d'exception
Le musée compte cinquante tracteurs d'exception © Mairie de La Ferté-Milon

Depuis plus de 30 ans, la commune de La Ferté-Milon abrite un musée particulier : le musée du machinisme agricole.

À l’intérieur, pas moins de 50 tracteurs de 38 modèles différents - le plus ancien date de 1916 - des outils agricoles qui datent de plusieurs siècles... "On y trouve tout ce qu’on pouvait trouver dans les fermes de Picardie", explique Gérard Landelle, président de l’association des Amis du musée.

Quatre bénévoles

C’est cette association qui fait vivre ce petit musée. Ils sont quatre bénévoles. "Ce musée vit parce qu’il y a des passionnés qui se sont remonté les manches pour le faire vivre", reconnaît Céline Le Frère, maire de La Ferté-Milon.

Le musée est inauguré en 1985. Créé à l’initiative du directeur du lycée agricole de la commune et de sa femme. "La première collection, c’était des tracteurs du lycée qui ne servaient plus. Plutôt que de les jeter, on les exposait", se souvient Gérard Landelle.

Alimenté par des dons

Ensuite, au fil du temps, les dons et prêts ont continué d’alimenter le musée jusqu’à en faire l’un des repères pour passionnés de machinisme agricole. "Il y a un mois, j’ai récupéré un tracteur bison. C’est une pièce assez rare, explique-t-il. Ça fait plaisir aux gens de nous donner des tracteurs. Ça permet de les faire vivre encore un peu. Surtout quand ils reviennent, ça leur fait plaisir de voir que le tracteur de leur père ou de leur grand-père est toujours là en vitrine".

Le musée est essentiellement alimenté par des dons
Le musée est essentiellement alimenté par des dons © Mairie de La Ferté-Milon

Aujourd’hui, même si le lycée agricole existe toujours, la mairie a racheté les murs et en a pris la gestion. "La commune s’occupe du fonctionnement et met en place des agents d’accueil", explique la maire. La mairie donne également une subvention au musée pour lui permettre de vivre. L’entrée étant gratuite, le musée n’a pas d’entrée d’argent.

1500 visiteurs par an

"C’est une attraction touristique atypique, assure Céline Le Frère. Il y a environ 1500 visiteurs par an sur ce musée. Comme la région est quand même un des berceaux de l’agriculture, c’est l’essence même de notre territoire qui est exposée là, donc ça permet de faire connaître notre histoire". 

Si le musée est réputé pour sa collection d’exception, considérée comme l’une des plus belles de France, il n’en reste pas moins un petit musée. "On est une petite ville, tente d’expliquer Gérard Landelle. Et depuis que l’office de tourisme de La Ferté-Milon a été supprimé pour que tout soit à Villers-Cotterêts, on a perdu pas mal de visiteurs. Avant, il y avait régulièrement des bus entiers qui venaient. Maintenant, c’est plus rare. Et le Covid n’a pas aidé".

Mais pour la maire, il est possible de rendre ce musée beaucoup plus attractif. "Il y a des réflexions en cours, on aimerait redynamiser sa notoriété, assure-t-elle. Les locaux sont un peu vétustes, on réfléchit pour les rénover. Il faudrait qu’on ait une réflexion sur la scénographie, sur la communication également".

Plus de 38 marques de tracteurs sont exposées dans ce musée
Plus de 38 marques de tracteurs sont exposées dans ce musée © Mairie de La Ferté-Milon

En attendant, les connaisseurs continuent de faire vivre le musée. "Aujourd’hui, on sature au niveau des pièces, j’ai trop de dons, je suis obligé d’en refuser maintenant ! ", s’amuse Gérard Landelle.

Ce musée atypique est ouvert au public à partir des vacances de Pâques jusqu’à celles de la Toussaint. Tous les week-ends et les jours fériés. Et l’entrée est gratuite. Une manière de se plonger dans un temps pas si lointain, où la machine n’était pas aussi perfectionnée qu’aujourd’hui.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musée culture patrimoine agriculture économie