VIDÉO. Législatives 2022 - Ce qu'il faut retenir du débat sur la 5e circonscription de l'Aisne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mary Sohier

Les élections législatives se tiendront les 12 et 19 juin prochains. La région compte 50 circonscriptions. Six d'entre elles font l'objet d'un débat sur les antennes de France 3 Hauts-de-France. Gros plan sur la cinquième circonscription de l'Aisne.

La 5e circonscription de l'Aisne regroupe 224 communes du sud du département, dont Château-Thierry, Villers-Cotterêts, La Ferté-Milon, Braine ou Vailly-sur-Aisne. Un territoire rural et plutôt populaire, tourné au quotidien vers Paris et Reims. La circonscription avait placé le parti de Marine Le Pen en tête lors des deux tours de l'élection présidentielle.

Le député sortant Jacques Krabal (LREM) a annoncé le 3 mai 2022 qu'il ne se représentait pas. Il soutient sa suppléante Jeanne Roussel qui a obtenu l'investiture de la majorité présidentielle. La légitimité de la candidate est contestée par un autre soutien d'Emmanuel Macron : Sébastien Eugène. Il est, lui aussi, candidat à la députation.

Cinq des neufs candidats aux élections législatives de cette circonscription étaient présents sur notre plateau, lors d'un débat animé par Mickaël Guiho, pour échanger sur 4 thématiques : l'écologie, la santé, la sécurité/l'éducation et le pouvoir d'achat/retraites.

Étaient présents :

  • Jeanne Roussel - (Renaissance) Ensemble! majorité présidentielle
  • Sébastien Eugène - (Parti radical) candidat divers centre
  • Jocelyn Dessigny - Rassemblement national
  • Stéphane Frère - (LFI) Nouvelle union populaire écologique et sociale
  • Jade Gilquin - Les Républicains

En revanche, étaient absents : Francis Garcia (Lutte ouvrière), Florence Triboulet  (Reconquête), François Vacca (Parti Animaliste), Joffrey Bollée (droite souverainiste, proche Les Patriotes).

Retrouvez ci-dessous l'intégralité du débat :

Sur l'écologie

Quel avenir pour les agriculteurs ? Dès le début, le sujet fait débat dans la 5e circonscription de l'Aisne. La vallée de la Marne dans le sud du département représente 10 % de l'AOC Champagne. Pour la candidate de la majorité présidentielle Jeanne Roussel, "il faut alléger les normes". Ce qu'approuve Sébastien Eugène. Le candidat divers centre souhaite également "une planification territorialisée".

On ne peut pas appliquer la même politique que l'on soit à Paris ou que l'on soit à la campagne.

Sébastien Eugène, candidat divers centre

À gauche, Stéphane Frère veut, lui, apporter "une planification écologique" et "une souveraineté alimentaire". "Souveraineté alimentaire, localisme, c'est le programme du RN", réagit Jocelyn Dessigny, du parti de Marine Le Pen.

La 5e circonscription de l'Aisne est avant tout un territoire rural. 78 % des actifs se rendent à leur travail en voiture, camion ou fourgonnette. Le sujet des mobilités fait donc réagir les candidats en plateau. "Par exemple, Château-Thierry - Soissons, il n'y a pas suffisamment de transports, ce sont ces mobilités du quotidien dans lesquelles il faut investir", avance Sébastien Eugène. Réponse cinglante du candidat à gauche : "on se présente à l'Assemblée nationale, c'est du national, ce n'est pas uniquement notre 5e circonscription, il faut en avoir conscience."

Je suis pour un blocage des prix parce que, nous, on a besoin de rouler, on a besoin de prendre la voiture, de faire 30 kilomètres par jour.

Stéphane Frère, candidat LFI

Chez les Républicains, on réclame "une mobilité inclusive pour que nos personnes âgées ne soient pas isolées dans leurs villages."

Sur la santé

La désertification médicale vient vite sur la table. Comment attirer des médecins dans les milieux ruraux ? Tous sont plutôt d'accord pour revaloriser les salaires des professionnels de santé. 

Il faut pouvoir réduire le nombre d'heures qu'ils font. Si on veut relancer une attractivité, il faut leur libérer du temps parce qu'aujourd'hui les soignants sont à bout de souffle.

Jocelyn Dessigny, candidat RN

Stéphane Frère, candidat LFI, veut axer sur la formation : "En tant que député, sur notre circonscription, j'irai me battre pour avoir une antenne universitaire qui pourrait former à certains métiers de la santé."

Sébastien Eugène, aussi maire de Château-Thierry, souhaite que les procédures soient allégées pour les créations de maisons de santé : "Le législateur peut abaisser les contraintes qui sont imposées aux professionnels de santé et aux collectivités."

Sur la sécurité

La sécurité, un thème de campagne clivant. Jade Gilquin, membre Les Républicains, attaque la majorité présidentielle : "il y a un problème de justice. Le gouvernement d'Emmanuel Macron a dans son tiroir, après les élections législatives, de supprimer des tribunaux et des cours d'appel. Nous, territoire rural, on va encore davantage être éloigné de la justice."

Moi, clairement, je veux garder le tribunal à Soissons, à Saint-Quentin et à Laon.

Jade Gilquin, candidate LR

Jeanne Roussel (Renaissance) intervient : "il n'est pas question de les enlever." La candidate soutenue par Jacques Krabal ajoute vouloir combattre les "violences intra-familiales, et notamment les violences faites aux femmes." Pour cela, elle réclame "plus de gendarmes".

Une augmentation des effectifs, c'est aussi ce que veulent Sébastien Eugène et Stéphane Frère. "Il faut qu'on augmente les effectifs des gendarmes mobiles pour qu'ils puissent circuler un peu plus dans nos campagnes", a notamment proposé le candidat investi par Nupes pour lutter contre les cambriolages.

Jocelyn Dessigny du Rassemblement national, bavard sur le sujet, énumère plusieurs de ses mesures : "il faut faire un moratoire sur la justice pour mettre en place un système plus rapide et une véritable exécution des peines. Quelqu'un qui fait un délit, il faut le mettre en prison."

Sur le pouvoir d'achat/retraites

Le smic à 1 500 euros ou encore le blocage des prix, l'union de la gauche propose plusieurs mesures pour le pouvoir d'achat. Interrogé sur le financement, Stéphane Frère se veut confiant : "Tout est calculé, tout est financé."

Sur le plateau, chacun y va de sa proposition. Jeanne Roussel parle d'un "chèque alimentation de 60 euros" tandis que Sébastien Eugène évoque la "question de l'intéressement dans les entreprises" ou encore la "retraite à 1 100 euros". Le RN veut "baisser la TVA sur les énergies", LR souhaite " indexer les retraites par rapport à l'inflation.

Alors que la fin du débat approche, dernière passe d'armes entre la candidate de la majorité présidentielle et le candidat dissident. "Je soutiendrai le président de la République", annonce Sébastien Eugène. 

Vous soutenez le président de la République, lui, ne vous soutient pas.

Jeanne Roussel, candidate Renaissance

À suivre également, les autres débats et infos sur les législatives dans les Hauts-de-France sur  cette page et sur  france.tv.