Visite d’Emmanuel Macron dans l'Aisne : qu'est-ce que le pacte Sambre-Avesnois-Thiérache ?

Le président de la République est attendu à Aulnoye-Aymeries, dans le Nord, puis à Guise dans l'Aisne, ce vendredi 19 novembre. Il devrait évoquer les actions entreprises dans le cadre de ce partenariat entre l’Etat et les collectivités locales, trois ans après sa signature.

Depuis trois ans, les arrondissements de Vervins, dans l’Aisne, et son voisin nordiste d’Avesnes-sur-Helpe ont-ils connu un "rebond" ? C’est en tout cas ce que veut croire l’Elysée alors que prend fin le pacte Sambre-Avesnois-Thiérache (ou SAT) signé en présence d’Emmanuel Macron le 7 novembre 2018 à Sars-Poteries. Le président de la République sera de retour dans la région ce vendredi 19 novembre afin d’en "dresser le bilan" - une évaluation que l’on devine déjà positive, ses services évoquant "des avancées significatives".

Le pacte SAT est un partenariat qui engage notamment l’Etat et des collectivités locales. Il vise à aider le développement de ce territoire entre l’Aisne et le Nord où se regroupent 311 communes et 305.000 habitants. Les parties prenantes font alors "le constat [de ses] difficultés socio-économiques", quand l’Insee évalue le taux de chômage moyen sur le secteur à 20,8% - sept point de plus que la moyenne nationale. Pour y faire face, un "effort financier" de 80 millions d’euros est initialement annoncé afin de développer des projets sur des thématiques très diverses.

Des "engagements" sont listés lors de la mise en place du dispositif, en 2019. Parmi eux, les transports. Pour les partenaires, le désenclavement du secteur passe en particulier par l’élargissement à 2x2 voies de la RN2 entre Avesnes-sur-Helpe et Laon, "élément clef" réclamé depuis une quarantaine d’années. Lors du bilan intermédiaire communiqué au début de cette année, le projet restait au stade des "études préalables" sur d’importantes portions. Le début du chantier de contournement de la commune du Nord, annoncé pour octobre, est toutefois espéré dans les prochaines semaines.

Bilan des trois ans

Sur le volet de la fracture numérique, les signataires comptaient par exemple en 2019 sur "l’accès au très haut débit fixe et mobile garanti en tout point du territoire d’ici 2022". Un calendrier que la préfecture des Hauts-de-France s’attendait deux ans plus tard voir être respecté. Des "tiers-lieux" ont aussi effectivement vu le jour : quatre nouveaux implantés (dont ceux de Dizy-le-Gros et Montcornet) et deux autres "à venir".

Le pacte SAT prévoyait aussi le "développement des services publics". Avec quelques exemples précis : un nouveau commissariat à Aulnoye-Aymeries, dont la première pierre a effectivement été posée cette année, et une cité administrative à Avesnes-sur-Helpe. Une "maison de l’Etat" regroupant divers services devrait bien ouvrir ses portes, mais à l’horizon 2023, déclarait en janvier le ministre délégué chargé des comptes publics, Olivier Dussopt. Côté santé, le nouvel hôpital de Maubeuge a ouvert ses portes aux patients en octobre, et, sur les huit maisons de santé annoncées, cinq projets étaient validés par l’ARS en 2020.

Ce pacte se solde aujourd’hui au bout des trois ans – mais il y a beaucoup de choses qui sont encore en cours et qui vont se poursuivre – par un engagement de l’Etat mais également des collectivités de 280 millions d’euros qui ont été injectés. Il y a 35 actions sur 72, je crois, qui sont terminées. Pour les autres, il y a une continuité qui va se poursuivre.

Nicolas Fricoteaux

Président (centriste) du Conseil départemental de l'Aisne

C’est d’ailleurs par une maison de santé que commencera la visite présidentielle : Emmanuel Macron doit d’abord se rendre à l’établissement d’Aulnoye-Aymeries, avant d’aller au Familistère Godin de Guise. Dans l’Aisne, le chef de l’Etat et sa ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault, devraient présenter avec des élus locaux un dispositif amené à prendre la relève : le pacte "SAT 2". Le président de la République est ensuite attendu lundi à Amiens, où il doit officialiser l'implantation prochaine d'une annexe de la Bibliothèque nationale de France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie éducation société agriculture transports emmanuel macron politique écologie environnement