Armentières : le patron d'un kebab écrit un (vrai) mot d'excuses pour des lycéens

© Pace Facebook l'Artemis
© Pace Facebook l'Artemis

Le patron d'un kebab armentièrois fait rire sur Facebook avec un mot d'excuses écrit à des lycéens.

Par @F3nord

On pourrait croire à une blague ou un bidouillage bien fait par un lycéen mais non... Tout est vrai dans le mot d'excuses qui fait le buzz sur Facebook depuis vendredi. Le patron d'un kebab d'Armentières a bien signé et écrit lui-même cette phrase sur un papier à en-tête de son restaurant : « Il y a eu un problème de cuisine. Veuillez excuser vos élèves. » Avec un signature surprenante et naïve : "Cordialement, bisous."

En fait, le mot a été rédigé par un élève qui l'a fait valider et signer par le patron. "Au départ, on rigolait, raconte une des lycéens joint au téléphone. C'était un peu une blague. Et puis après, on s'est dit qu'on allait tenter de le donner à notre prof d'anglais. Elle a accepté le mot. Mais elle a dit que c'était bon pour une fois et que c'était parce qu'on était au début de l'année." 

"Je voulais rassurer les parents et le lycée"

Le groupe de lycéens (en seconde) avait environ 25 minutes de retard. Selon La Voix du Nord, le patron qui s'est retrouvé pris d'assaut en cette période de rentrée et a été confronté à un petit souci technique, a bien eu du mal à servir tous les lycéens en 50 minutes sur l'heure du midi. Alors naturellement, quand il a vu qu'il les servait hors-délai, il a pensé à fournir ce mot à ses jeunes clients des lycées Saint-Jude, Eiffel et Paul-Hazard tous proches. « Ce n’est pas dans mes habitudes, mais je voulais rassurer les parents de mes clients et le lycée », explique-t-il en toute sincérité.

Plusieurs élèves du groupe de lyécens ont ensuite posté le petit mot d'excuse sur Twitter et Facebook. Ils ne s'attendaient pas à un tel buzz derrière. 

Œuvre de Faycal Hssaini Mdrrr valider par le patron de l'artemis

Posted by Jihad Boujibar on vendredi 4 septembre 2015


Plus de 38 000 likes et 2500 partages plus tard, l'histoire ne cesse d'être commentée et de faire rire...

Sur le même sujet

Tribune Nord du 30 septembre 2019

Les + Lus