Cet article date de plus de 5 ans

Arques : le complexe gymnique endommagé lors de la tempête pourrait rester fermé pendant 2 ans

Inauguré il y a 5 ans, avant les Jeux Olympiques de Londres, le complexe gymnique d'Arques (Pas-de-Calais) a été sérieusement endommagé lundi lors de la tempête. Il pourrait rester fermé pendant deux ans.
Les dégâts à l'intérieur du complexe gymnique d'Arques.
Les dégâts à l'intérieur du complexe gymnique d'Arques. © France 3 Nord Pas-de-Calais
Dome éventré, tôles arrachées... les rafales de vent de lundi matin ont fait de nombreux dégâts au complexe gymnique d'Arques, comme dans la salle de sports acrobatiques. "C'est là qu'on a eu une frayeur car les jeunes étaient encore à l'entraînement", raconte Guirec Henry, le responsable du service des sports. "Les entraîneurs ont eu le bon réflexe de les évacuer immédiatement". Il n'y a eu aucun blessé parmi les jeunes sportifs, mais le complexe gymnique accuse le coup. Il avait été inauguré il y a 5 ans pour servir de "base arrière" aux Jeux Olympiques de Londres et attirer des équipes et des athlètes du monde entier pendant leur préparation. Ce joyau de 6000 m2 est à ce jour la plus grande salle d'Europe consacrée à la gymnastique. Sa construction avait coûté 7 millions d'euros.   
durée de la vidéo: 01 min 43
Complexe gymnique d'Arques : les dégâts après la tempête


"C'est 20 ans de travail qui se sont envolés en fumée"  

Aujourd'hui, les débris projetés à 500m à la ronde attestent encore de la violence du vent qui a littéralement arraché le préau de la salle et endommagé dans la foulée la charpente et la toiture photovoltaïque. "C'est 20 ans de travail qui se sont envolés en fumée", se désole Thierry Large, le direction de l'Association Municipale de Gymnastique d'Arques (AMGA). "En 5 minutes, d'un seul coup, tout s'effondre. Un club quand même avec plus de 2000 adhérents, 17 salariés... c'est quand même très difficile".  

Le coût des réparations n'a pas encore été évalué. La réouverture du complexe est prévue après travaux. Mais il faudra du temps. "D'après ce qu'on a pu voir avec l'expert hier soir, entre un an et deux ans", explique Caroline Saudemont, la maire d'Arques. "Parce qu'il faut d'abord estimer, après il faut commencer les travaux... je pense quand même qu'on en a pour pas loin de deux ans". En raison de l'étendue des dégâts, la mise en sécurité du bâtiment ne se fera que la semaine prochaine. Pour éviter tout accident en cas de nouveau coup de vent, la route départementale voisine sera fermée jusqu'au 22 février.      
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo intempéries sport