• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Auchan : plombé par plus d'un milliard d'euros de perte en 2018, le groupe va devoir prendre des mesures

A l'entrée d'un hypermarché Auchan le 22 janvier 2017 / © PHILIPPE HUGUEN / AFP
A l'entrée d'un hypermarché Auchan le 22 janvier 2017 / © PHILIPPE HUGUEN / AFP

L'enseigne nordiste Auchan a réalisé une très mauvaise année 2018.

Par AFP

Le groupe français Auchan Holding, propriétaire des magasins Auchan, de la banque Oney et de la foncière Ceetrus, a accusé une perte nette de 1,145 milliard d'euros en 2018, plombé par des dépréciations dans son pôle distribution qui devra entamer un "redressement" en 2019.

Auchan Retail, en raison de résultats "très insuffisants", aura pour objectif, "à court terme", un redressement de son activité "qui passera par des arbitrages et des renoncements", a annoncé vendredi dans un communiqué Edgard Bonte, le nouveau président du directoire de la holding, non cotée en Bourse et propriété de l'Association familiale Mulliez.


"Plan d'action volontaire"


Le groupe affirme que son résultat 2018 est grevé par "des dépréciations d'actifs", notamment de son pôle distribution, nécessitant "un plan d'action volontaire" en 2019, qui passera par une "maîtrise de l'endettement et des ratios financiers". 

Il faut dire qu'avec plus d'un milliard d'euros de perte nette en 2018, il y a de quoi vouloir serrer les boulons. Même si, pour le secrétaire général de la Holding, Xavier de Mézerac, le résultat est surtout grevé par "des dépréciations d'actifs", d'une valeur de 1,1 milliard d'euros, situés principalement en Italie, en France et en Russie, mais "purement comptables".

Ce plan doit permettre "une identification de tous les foyers de pertes sans a priori" et, selon principe de réalité, de "soit redresser les magasins soit de les réformer", a expliqué M. Bonte lors d'une conférence de presse. Il est également prévu de baisser "de moitié" les investissements, ce qui génèrera
"plusieurs centaines de millions d'économies en année pleine". Aucun plan de réduction d'effectifs, notamment en France, n'est en revanche programmé, a assuré M. Bonte.

L'objectif est un redressement à court terme du pôle distribution, "avec des améliorations significatives attendues dès 2019".
 
Le groupe de commerce international français Auchan Holding. Le secrétaire général et président d'Oney, Xavier de Mezerac, président du conseil de direction et président d'Auchan Retail, Edgard Bonte, le directeur général de Ceetrus, Benoit Lheureux, et le directeur général d'Oney, Jean Pierre Viboud ont présenté les résultats du groupe à Paris en 2018, ce 8 mars 2019. / © ERIC PIERMONT / AFP
Le groupe de commerce international français Auchan Holding. Le secrétaire général et président d'Oney, Xavier de Mezerac, président du conseil de direction et président d'Auchan Retail, Edgard Bonte, le directeur général de Ceetrus, Benoit Lheureux, et le directeur général d'Oney, Jean Pierre Viboud ont présenté les résultats du groupe à Paris en 2018, ce 8 mars 2019. / © ERIC PIERMONT / AFP
 

Pas de dividendes


En raison de ces résultats "insuffisants", Auchan Holding ne versera pas de dividende au titre de l'exercice 2018, a annoncé le groupe,  illustrant le "soutien" des actionnaires.


Le produit des activités ordinaires de la holding - l'équivalent de son chiffre d'affaires - s'est établi en 2018 à 50,986 milliards d'euros, en baisse de 3,2% à changes courants, en raison notamment d'un "effet négatif de l'évolution des cours de change principalement du rouble russe et du yuan chinois", selon le communiqué.

Son résultat opérationnel courant (ROC), l'indice de référence dans la grande distribution, s'est pour sa part réduit de moitié (-54,7%), à 397 millions d'euros.



 

Edgard Bonte : "Je suis de la famille"

Ces mauvais résultats, qui étaient pressentis en fin d'année dernière, avaient conduit l'AFM à "un changement de gouvernance" et à la nomination de M. Bonte, 45 ans. Président de Kiabi, une enseigne de la galaxie Mulliez qu'il a contribué à redresser, il a été nommé à la tête d'Auchan Retail en tant que "redresseur d'entreprises sans a priori", selon ses propres mots. 

"Je suis de la famille (il est le gendre de Patrick Mulliez, le frère de Gérard Mulliez, fondateur de l'empire, NDLR), ce qui me permet d'être libre de mes actes et de mes prises de position", a-t-il souligné.

Son "plan d'action", intitulé "Renaissance", sera centré sur l'hypermarché, le format-phare de l'enseigne, en lequel il "croit" mais qui doit "se métamorphoser"
pour ne pas perdre en "attractivité".  Cette révolution passera par des "réductions" de surface, non chiffrées, l'arrivée de "nouveaux métiers" comme la restauration, ainsi que des "concessions" passées avec d'autres entreprises de la galaxie Mulliez (Decathlon, Boulanger, Leroy Merlin, Norauto ou Kiabi).

"On va faire +l'hyper plateforme+ mais en allant plus loin" que les concurrents, qui ont déjà ouvert des "corners d'enseignes" au sein de leurs grandes surfaces (Darty chez Carrefour, Cdiscount chez Géant Casino), a assuré M. Bonte.  Concrètement, ces partenariats, qui donneront accès aux "meilleurs spécialistes" du non-alimentaire aux clients de l'enseigne, seront testés dans cinq magasins au second semestre en France. Un "cadre financier strict", qui passera par une "maîtrise de l'endettement et des ratios financiers", sera donc mis en place en 2019, pour encadrer les trois entités de Auchan Holding, "avec des améliorations significatives attendues dès 2019".

 

Sur le même sujet

La recette des croquettes de crevettes grises

Les + Lus

Les + Partagés