Auchan, Retraites, Lambersart... : 5 choses à savoir sur Laurent Pietraszweski, le “M.Retraites” du gouvernement

Laurent Pietraszewski, ce dimanche 15 novembre dans "Dimanche en politique" / © FRANCE 3
Laurent Pietraszewski, ce dimanche 15 novembre dans "Dimanche en politique" / © FRANCE 3

Qui est Laurent Pietraszewski, le nordiste nouveau secrétaire d'État en charge des retraites ?

Par EM

Il est quasi-novice en politique


Le député LREM Laurent Pietraszewski, nommé à 53 ans secrétaire d'Etat chargé des retraites en remplacement de Jean-Paul Delevoye, n'avait jamais eu de mandat ni été encarté avant de découvrir En Marche !, le mouvement qui a accompagné l'ambition présidentielle d'Emmanuel Macron. 

"J'ai rejoint En Marche le 6 avril 2016 le jour de l'ouverture de la plateforme", avait dit ce spécialiste des ressources humaines en 2017, après son élection, avec 67,17% des voix face à Nathalie Acs (FN), dans la 11ème circonscription du Nord.
 


 « Il a un profil managérial intéressant pour mobiliser les troupes. », disait de lui en 2017 dans Le Monde Christophe Itier, figure d'En marche dans le Nord « Il est très fédérateur, avec une grande capacité pour se placer à l’écoute et prendre des décisions ensuite, indiquait Christian Mathon, maire de Capinghem (Nord). Il sait entraîner une équipe derrière lui. »

Il est député LREM de la 11ème circonscription du Nord qui regroupe les cantons d'Armentières, du Pays des Weppes, de Lomme et de Lille Sud Ouest. 
Qui est Laurent Pietraszewski, le nouveau secrétaire d'État nordiste en charge des retraites ?


Il est dépeint par ses collègues marcheurs comme "un gros bosseur" et "une valeur sûre", sa nomination étant vue comme "logique et méritée", après le départ de l'ex-haut commissaire Jean-Paul Delevoye. De source parlementaire LREM, ce député étiqueté "plutôt aile droite", ne fait toutefois pas l'unanimité car il est perçu comme ayant "tendance à entourlouper les gens". Il a de "bonnes relations avec les syndicats mais la réputation d'enrober les choses", et il peut être "cassant", selon la même source.  

A l'Assemblée nationale, il va être remplacé par sa suppléante Florence Morlighem, qui a claqué la porte de LREM en octobre. M.Pietraszewski est en froid avec elle et l'a notamment bloquée sur Twitter : "Je me suis séparée de mon député en bons termes avec une rupture conventionnelle et, depuis mon départ, il a brusquement coupé tout contact avec moi, je ne comprends pas", avait-elle déclaré en précisant que, si elle n'était plus adhérente LREM, elle soutenait "toujours la politique du gouvernement sur le fond".

Agée de 49 ans et actuellement au chômage, a annoncé qu'elle siégerait au groupe LREM à l'Assemblée. "Je suis macroniste, je n'ai jamais renié
mes convictions",
a-t-elle déclaré en précisant que les contacts ont été "renoués" avec M. Pietraszewski et que les deux veulent désormais "travailler en bonne intelligence"


Lambersart, Lille, Auchan : il a de fortes attaches nordistes


Né à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) en novembre 1966, M. Pietraszewski a grandi jusqu'à l'âge de 6 ans à Epinay-sur-Seine, avant de passer son adolescence à Lambersart, près de Lille. Ses parents étaient commerçant et artisan dans le Vieux-Lille.

Après un DEA en économie appliquée à l'université Lille I, il travaille dans le management opérationnel chez Auchan pendant dix ans. Ensuite, il occupe un poste dans les ressources humaines pendant huit ans dans sept sites différents du géant de la grande distribution, dont Béthune et Roncq. 
 

Marié, il est père de deux filles de 23 et 24 ans.
 

Il était responsable des ressources humaines à Auchan


Après une carrière dans différents magasins de l'enseigne nordiste, Laurent Pietraszewski était depuis 2010, spécialisé dans la gestion de carrière et le recrutement chez Auchan.

Guy Laplatine, responsable syndical CFDT se souvient de son premier contact très "rude" avec Laurent Pietraszewski. C'était en 2002, à Auchan Béthune. Une employée du rayon boulangerie, délégué CFDT, avait été mise à pied à titre conservatoire parce qu'elle avait donné à une femme un petit pain au chocolat brûlé et destiné à la benne, à 80 centimes.

"On avait organisé une manifestation pour la soutenir. Elle s'était retrouvée en garde à vue, raconte le syndicaliste. Ça avait été mon premier contact avec lui. C'était chaud. Je l'ai revu plus tard autour d'une table de négociations. Il était en charge des carrières. Visiblement, il avait mûri, il était moins fougueux." 

"Quand il est arrivé, c'était un cadeau empoisonné",
se remémore Luc Fourrier, 57 ans dont 37 au sein du groupe et lui aussi délégué syndical CFDT.
 "C'est des mauvais souvenirs, il n'a jamais été sincère. Le rôle des ressources humaines, c'est d'être à l'écoute, mais lui, c'était tout le contraire", dit-il
à propos de Laurent Pietraszewski, qu'il décrit comme un homme "carriériste", qui "licenciait à tout-va. C'est un homme hypocrite et méchant". "Des DRH, j'en ai connu d'autres, certains étaient vraiment humains, c'étaient des personnes fabuleuses, mais lui, ce n'est pas le cas", déplore-t-il. 

Un ancien directeur des ressources humaines d'un autre magasin du groupe Auchan dans le Nord, qui a côtoyé à ce titre M. Pietraszewski dans les années 2000 sans travailler avec lui, se souvient au contraire de "quelqu'un de très ouvert, proche des collaborateurs, proche du syndicalisme également".  "Ça ne m'étonne pas qu'aujourd'hui, il soit mis en avant, il a vraiment une capacité" au dialogue social, estime ce cadre qui souhaite rester anonyme.

Laurent Pietraszewski a quitté son emploi à Auchan en juin 2017. Il a été licencié (économique) par l'entreprise nordiste et reçu plus de 70 000 euros en août-septembre 2019.
 

 

Il s'est spécialisé dans les affaires sociales à l'Assemblée


Titulaire d’un DEA en économie appliquée, Laurent Pietraszewski a toujours dit avoir été séduit par le projet social d’Emmanuel Macron. Il s'intéresse depuis longtemps à la refonte du code du travail. A l'Assemblée, il est membre de la Commission des affaires sociales. Il a été le rapporteur des lois travail. Depuis septembre 2019, il est également porte-parole du groupe des députés La République en Marche.

« C’est un homme de dialogue, compétent, près des réalités des entreprises et à l’écoute des arguments de tous les côtés de l’Assemblée », disait de lui Muriel Pénicaud, la ministre du travail. Depuis son élection, il est membre du Conseil d’orientation des retraites. Il devait devenir, avant sa nomination, rapporteur du projet de réforme lors de son examen au Parlement prévu en février. Il en est "le meilleur connaisseur" à l'Assemblée et est "loyal, apprécié et compétent", a affirmé la députée LREM Aurore Bergé, à l'unisson des responsables de la majorité. 
 


Coordinateur du projet "Retraites" à l'Assemblée nationale, Laurent Pietraszewski s'est beaucoup investi ces dernières semaines pour défendre le projet de la majorité. Dimanche dernier, il était l'invité de "Dimanche en politique" sur France 3 Picardie : "Si on ne fait rien, tout le monde sera sacrifié puique le système ser en difficulté. (...) On veut construire un système qui soit attentif aux plus modestes. Aujourd'hui, le système est favorable à des profils comme moi, des gens qui sont rentrés dans une entreprise à 22-25 ans, qui ont une carrière ascendante. Le système nous avantage. ".
 
Dimanche en politique - Réforme des retraites : la confrontation
Laurent Pietraszewski, député LREM du Nord dans "Dimanche en politique" dimanche 15 novembre 2019.


Il est engagé dans plusieurs associations

  
Laurent Pietraszewski est engagé dans l'association "Force femmes", chargée d'aider les femmes de plus de 45 ans à trouver du travail. Il est aussi dans le conseil d'administration de l'Institut du marketing et du management de la distribution (IMMD) à Roubaix. 

Selon sa déclaration d'intérêt à la HATVP,  il est également président de l'Association du collectif des propriétaires bailleurs de l'EHPAD des Jardins de Liévin.

A l'Assemblée nationale,  ​il était aussi vice-Président du groupe d'amitié France-Pologne.

 

Sur le même sujet

Les + Lus