• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Azincourt : inauguration d'une stèle en hommage au premier gendarme mort au combat

Un stèle sera inaugurée ce samedi à Azincourt (Pas-de-Calais) en hommage au Gallois de Fougières, prévôt des Maréchaux, tombé lors de la célèbre bataille médiévale du 25 octobre 1415 entre Français et Anglais. Il est considéré comme le premier gendarme mort au combat.

Par YF

La stèle a déjà été posée mercredi dernier par l'entreprise Boulet sur les lieux mêmes de la célèbre bataille médiévale d'Azincourt, mais elle sera officiellement inaugurée ce samedi, à 10h30, en présence du général de division Jacques Hébrard, du colonel Jean-Pierre Vedrine, du lieutenant-colonel Didier David et des élus locaux.  "Ici est tombé le 25 octobre 1415 le Gallois de Fougières, prévôt des Maréchaux, investi de missions de police des gens de guerre et d'administration générale de l'Armée", y a inscrit Frédéric Cassarano, le tailleur de pierre choisi pour la réaliser. "Il est considéré comme le premier militaire de la gendarmerie tué au combat".  

Frédéric Cassarano, tailleur de pierre à Renty, a réalisé la stèle en hommage au Gallois de Fougières. / © Christophe Gilliot / Centre Historique Médiéval d'Azincourt
Frédéric Cassarano, tailleur de pierre à Renty, a réalisé la stèle en hommage au Gallois de Fougières. / © Christophe Gilliot / Centre Historique Médiéval d'Azincourt

La stèle se dresse juste à côté du mémorial inauguré l'an dernier pour les 600 ans de cette terrible défaite de la chevalerie française face aux troupes du roi d'Angleterre Henry V, pendant la Guerre de Cent Ans

Figure mythique mais peu connue

Le Gallois de Fougières est une figure importante de la gendarmerie nationale. Des casernes et certaines promotions d'officiers portent son nom. Pourtant, on sait très peu de choses sur cet écuyer qui occupait les fonctions de "prévôt des Maréchaux" au sein de l'armée royale. Christophe Gilliot, le directeur du Centre Historique Médiéval d'Azincourt, y consacre ses travaux de recherches. D'après les quelques documents retrouvés dans les archives à son sujet, Le Gallois de Fougières devait être âgé d'une soixantaine d'années au moment de sa mort. "Un document que j'ai pu consulter récemment parle de lui lors d'une campagne du roi Charles V dans le Ponthieu en 1377, c'était donc un vieux briscard", nous a-t-il expliqué.
 
La tenue de combat du Gallois de Fougières reconstituée l'an dernier par le gendarme Aymeric Savary pour les reconstitutions de la bataille d'Azincourt. / © Projet Gallois de Fougières
La tenue de combat du Gallois de Fougières reconstituée l'an dernier par le gendarme Aymeric Savary pour les reconstitutions de la bataille d'Azincourt. / © Projet Gallois de Fougières

Probablement originaire de Fougères-sur-Bièvres dans l'actuel Loir-et-Cher, le prévôt des Maréchaux servit le chevalier Regnier Pot, un important conseiller du duc de Bourgogne. En 1402, il suivit cet homme lors d'une ambassade menée en Hongrie. Avant Azincourt, Le Gallois de Fougières participa à quelques unes des plus grandes batailles de son temps, notamment celle de Nicopolis en 1396, dans l'actuelle Bulgarie, qui mit fin à la croisade menée par Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie. Comme de nombreux combattants français, lui et Regnier Pot furent probablement capturés à cette occasion par le sultan ottoman Bajazet 1er et le prince Lazaevic de Serbie pour être libérés six ans plus tard.  Selon Christophe Gilliot, c'est lors de cette captivité qu'il dût faire la connaissance du maréchal de France Jean le Meingre dit Boucicaut, l'un des commandants français de la bataille d'Azincourt. Il l'accompagna en 1410 lors d'une campagne en Italie, dans le Piémont.

Son squelette retrouvé en 1936

En tant que prévôt des maréchaux, Le Gallois de Fougières était un officier subalterne placé sous l’autorité directe des maréchaux de France. Il avait pour mission de passer en revue les troupes lors des montres d'armes, mais aussi de surveiller les "gens de guerre" et de statuer sur leur cas lorsqu'ils commettaient des exactions, notamment à l'égard des populations civiles. C'est lui aussi qui vérifiait le ravitaillement. Ce sont ces missions qui en font l'"ancêtre" des actuels gendarmes.

Les squelettes du Gallois de Fougières et de trois autres chevaliers furent découverts en 1936 à Auchy-lès-Hesdin. / © Projet Gallois de Fougières
Les squelettes du Gallois de Fougières et de trois autres chevaliers furent découverts en 1936 à Auchy-lès-Hesdin. / © Projet Gallois de Fougières

Après sa mort à le 25 octobre 1415, son nom tomba dans l'oubli pendant des siècles. Jusqu'à ce qu'un officier de gendarmerie passionné d'histoire, le capitaine Benoit-Guyod, retrouve sa trace dans les archives en 1936 et localise sa tombe en l'abbatiale d'Auchy-lès-Hesdin, où reposent 26 autres chevaliers tués lors de la bataille d'Azincourt. Son squelette fut exhumé pour être placé en 1945 sous le bouclier d'airain de l'hypogée, le Monument à la Gloire de la Gendarmerie Nationale érigé à Versailles

A lire aussi

Sur le même sujet

Mon corps, j'en fais vraiment ce que je veux ?

Les + Lus