Belgique : 12 interpellations et un homme inculpé pour terrorisme

© Maxppp
© Maxppp

Des dizaines de perquisitions ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi en Belgique, en lien avec la mouvance terroriste. Vendredi, un huitième homme a été écroué dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Bruxelles.

Par AFP

Plusieurs dizaines de perquisitions ont été menées dans la nuit de vendredi à samedi dans 16 communes de Belgique dans le cadre d'un dossier de terrorisme et 12 personnes ont été privées de liberté, a annoncé samedi le parquet fédéral belge.

Quarante personnes interpellées

"Les éléments recueillis dans le cadre de l'instruction nécessitaient d'intervenir immédiatement", a précisé dans un communiqué le parquet fédéral, sans donner de précisions sur les informations qui l'ont poussé à agir. "Quarante personnes ont été interpellées et 12 d'entre elles ont été privées de liberté. Le juge d'instruction décidera dans les prochaines heures de leur maintien éventuel de détention", indique le parquet.

152 boxes de garage ont été perquisitionnés, mais "ni arme ni explosif" n'ont été jusqu'à présent découverts, selon la même source. Ces perquisitions se sont déroulées "sans incident particulier" dans l'agglomération bruxelloise (communes de Bruxelles, Molenbeek, Schaerbeek, Anderlecht, Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe, Evere, Forest, Watermael-Boitsfort, Ganshoren), en Flandre (Zaventem, Ninove, Wemmel) et en Wallonie (Fleurus, Tubize et Liège).

"En ce qui concerne les objets emportés et l'identité des personnes arrêtées, nous ne pouvons pas donner plus d'information à l'heure actuelle", a ajouté le parquet, en expliquant que "l'instruction se poursuit". 

Un homme inculpé pour terrorisme

Par ailleurs, vendredi, un Belge de 30 ans a été arrêté et inculpé pour "terrorisme" après les attentats qui ont fait 32 morts le 22 mars dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles, annoncé vendredi soir le parquet fédéral belge.

"Youssef E.A., né le 4 août 1985 et de nationalité belge, a été privé de liberté et placé sous mandat d'arrêt (inculpé) par le magistrat instructeur du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, assassinats dans un contexte terroriste et tentatives d'assassinats dans un contexte terroriste, comme auteur, coauteur ou complice", a indiqué le parquet. Il s'agit de la huitième personnes placées sous les verrous depuis les attentats à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem et dans la station de métro Maelbeek, au coeur du quartier européen de la capitale belge, qui ont également fait plus de 300 blessés. Par ailleurs, le parquet a également indiqué qu'une reconstitution avait été effectuée vendredi après-midi dans un appartement d'Etterbeek, une commune de l'agglomération bruxelloise.

Ce logement, situé avenue des Casernes, à moins de deux kilomètres du quartier européen, "a probablement servi de safehouse (planque) pour le groupe terroriste et de point de départ pour commettre l'attentat dans la station de métro Maelbeek", a rappelé le parquet.

Reconstitution sans incident

La reconstitution s'est déroulée "sans incident", a ajouté le parquet, qui n'a pas souhaité donné de détail sur "le déroulement ou les résultats" de l'opération, qui selon l'agence Belga s'est achevée vers 20H45 (18H45 GMT). Le parquet a toutefois indiqué que le Suédois d'origine syrienne Osama Krayem, inculpé pour les attentats de Bruxelles mais aussi ceux du 13 novembre à Paris, avait participé à cette reconstitution.

Fils d'exilés syriens, Osama Krayem, arrêté le 8 avril à Bruxelles, est soupçonné d'avoir acheté les sacs utilisés pour les attaques à l'aéroport et dans le métro. Filmé par la vidéosurveillance du métro quelques minutes avant l'attentat, à la station Pétillon quatre arrêts avant Maelbeek, en compagnie du kamikaze Khalid El-Bakraoui, il aurait renoncé à se faire également exploser, avait assuré mi-avril un autre de ses avocats, Me Vincent Lurquin. Les frères Smaïl et Ibrahim Farisi, respectivement 31 et 27 ans, soupçonnés d'avoir loué puis d'avoir "nettoyé" l'appartement d'Etterbeek, étaient également présents lors de la reconstitution, selon le parquet.

Un homme de 31 ans arrêté le 9 juin, identifié par le parquet comme étant "Ali E.H.A", a également participé à la reconstitution. Selon la presse belge, il s'agit d'un certain Ali El Haddad Asufi, qui serait également lié à la location de l'appartement de l'avenue des Casernes.

Enfin, Bilal El Makhoukhi, 27 ans, interpellé en avril à Bruxelles, a lui aussi été amené sur les lieux. Bilal El Makhoukhi avait été condamné en 2014 à cinq ans de prison lors du procès du groupuscule islamiste Sharia4Belgium à Anvers (nord). Ce Bruxellois a combattu en Syrie où il a été blessé à la jambe, selon la presse locale. Mais son rôle présumé dans les attentats n'est pas défini.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus