• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Canicule : certains chauffeurs d'Ilévia ont décidé d'arrêter de travailler ce jeudi 25 juillet

© FREDERIK GILTAY
© FREDERIK GILTAY

Au plus haut de la canicule, certains chauffeurs de bus ont décidé d'exercer leur droit de retrait cet après-midi, jeudi 25 juillet, dans la métropole de Lille. Les bus ne sont pas climatisés et les températures dans les postes de conduite peuvent dépasser les 50 degrés.

Par Manon Pélissier

Dans la métropole de Lille, certains chauffeurs de bus ont décidé d'exercer leur droit de retrait ce jeudi 25 juillet après-midi, a confirmé le secrétaire général du syndicat Force ouvrière (FO) de Transpole-Ilévia, Angelo Savoca. Une décision prise alors que la région bat son record de températures : plus de 40 degrés notamment à Lille, Boulogne et Dunkerque.


Ligne C10 non desservie


Par conséquent, certaines lignes ne sont pas desservies, comme la citadine C10, qui dessert Marcq-en-Barœul. Les communes de Roubaix et Sequedin seraient aussi concernées. Ilévia n'a pas communiqué à ce propos, parlant seulement de "retards et de perturbations dus à des dysfonctionnements des moteurs et des systèmes de refroidissement des bus".

Pourtant, quelques heures plus tôt sur Twitter, Ilévia explique autrement les retards sur les lignes : "Les conducteurs prennent le temps de se rafraîchir régulièrement [...]. Impact à prévoir sur les horaires de plusieurs lignes de notre réseau." Mais les perturbations recensées sur le site d'Ilévia sont uniquement des perturbations déjà connues, liées à des travaux.
 
 
2h après ce premier tweet, Ilévia communique de nouveau sur Twitter en indiquant que la ligne C10 n'est plus desservie.

Ce sont des publications sur les réseaux sociaux qui ont permis d'apprendre que des stations de bus étaient mal desservies, voire pas du tout.
 


50 degrés dans les postes de conduite

 

Le syndicat FO a été reçu par la direction d'Ilévia lundi 22 juillet, afin que la compagnie de transports en commun soit au courant que des chauffeurs de bus souhaitaient exercer leur droit de retrait. 

Une décision tout à fait justifiée pour le secrétaire général du FO, pour qui "les conducteurs et conductrices de bus s'exposent à un danger grave réel et imminent", en l'absence de climatisation à l'intérieur des bus. Un danger qu'il estime aussi bien réel pour les usagers, à qui il recommande d'éviter tout déplacement.
 


"Il fait 41 degrés à Lille à l'ombre, mais dans les postes de conduite, nous avons mesuré une température qui atteignait 52 degrés ! Dans de telles conditions, il est légitime pour les agents de conduite ainsi que pour l'ensemble du personnel d'exercer leur droit de retrait", explique-t-il.
 

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus