• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Centenaire de l'armistice : comment la fin de la Grande Guerre est commémorée à l'étranger

La Tour de Londres illuminée chaque soir jusqu'au 11 novembre pour commémorer le centenaire de l'armistice / © MAXPP
La Tour de Londres illuminée chaque soir jusqu'au 11 novembre pour commémorer le centenaire de l'armistice / © MAXPP

Alors que les commémorations du centenaire de l'armistice ont débuté ce mercredi en Picardie, en présence du Président de la République Emmanuel Macron, en Angleterre, en Belgique ou encore en Australie, on célèbre aussi la fin de la Première Guerre Mondiale. Tour d'horizon. 

Par Eline Erzilbengoa

Il n'y a pas qu'en France, et notamment en Picardie, que l'on commémore le Jour du Souvenir. 

Les pays alliés célèbrent aussi la fin de la Première Guerre mondiale et plus particulièrement cette année pour le centenaire. 

Au total, 47,2 millions de soldats représentants les puissances alliées ont été mobilisés au cours de la Grande Guerre. 5,4 millions d'entre eux sont morts ou disparus et 12,8 millions ont été blessés. 
 

La tour de Londres illuminée chaque soir


Parmi les nations, qui ont engagé le plus de soldats : le Royaume Uni. En amont des cérémonies prévues comme chaque année pour l'armistice, les Anglais ont allumé 10 000 torches au pied de la Tour de Londres afin de marquer les célébrations du centenaire. 

Un spectacle grandiose comme le montre la vidéo publiée par le Guardian.
 

Cette cérémonie du flambeau, intitulée "Beyond the Deepening Shadow", sera répétée chaque nuit jusqu'au 11 novembre. 
 

L'Australie gravée dans les collines anglaises


En tant que pays du Commonwealth, l'Australie était aussi engagée lors de la Première Guerre mondiale aux côtés du Royaume-Uni. 

Le "Remembrance Day" sera donc aussi commémoré de l'autre côté du globe notamment à Sidney dimanche à l’ANZAC Memorial.
 

En prime et spécialement pour le centenaire, certains Australiens se sont rendus dans le sud-ouest de l'Angleterre.

En 1917, c'est dans le village de Compton Chamberlayne dans le Wiltshire que des soldats australiens ont dessiné, à l'aide de blocs de craie, une immense carte de l'Australie.
 

Pour leur rendre hommage, 100 ans plus tard, des bénévoles ont passé l'été à la restaurer. Près de 40 tonnes de craie ont été nécessaires pour reproduire le dessin. 
 
 

Le cimetière de Mons en Belgique au centre des hommages 


En Belgique, comme en France, le 11 novembre est un jour férié.

Pour le centenaire, c'est le cimetière Mons qui sera au centre des hommages britanniques et canadiens. La Première ministre britannique Theresa May y fera étape vendredi matin. Elle sera suivie le lendemain par la gouverneure générale du Canada, Julie Payette. 
 

Dans le cimetière de Mons, se trouvent 500 tombes, pour moitié des soldats du Commonwealth, pour l'autre des Allemands. De part sa spécificité "germano-britannique", il attire chaque année des milliers de visiteurs. 

Pour le centenaire, la gouverneure générale du Canada rendra un hommage particulier au Canadien George Price. Ce soldat de 26 ans est mort le 11 novembre 1918 à 10h58, soit deux minutes avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, tué par un tireur d'élite allemand à Ville-sur-Haine près de Mons.
 

Ce serait le dernier soldat du Commonwealth à mourir au combat pendant la Grande Guerre, selon les services du Premier ministre canadien.
 
Le dernier soldat anglais tué un peu plus d'une heure avant l'armistice. / © Emmanuel DUNAND / AFP
Le dernier soldat anglais tué un peu plus d'une heure avant l'armistice. / © Emmanuel DUNAND / AFP
 

Une pluie de coquelicots à Ottawa


Les cérémonies de commémoration auront aussi lieu de l'autre côté de l'Atlantique. Au Canada, le 11 novembre est un jour férié pour les militaires et les fonctionnaires fédéraux. 

Une nouvelle fois cette année, une pluie virtuelle de coquelicots, le symbole adoptée par les Anglo-Saxons pour les commémorations, est venue couvrir la Colline du Parlement à Ottawa. Chaque soir depuis le 26 octobre, des milliers de coquelicots sont projetés sur la Tour de la Paix. Une fleur pour chaque canadien tombé au combat. 
 
 

Donald Trump dans l'Aisne 


Les États-Unis commémorent les anciens combattants américains lors du "Veterans Day" le 11 novembre.

Des cérémonies ont lieu dans tout le pays, notamment à New-York où The America’s Parade rassemble chaque année plus de 20 000 personnes. 
 
La parade durant le Veterans Day dans le quartier de Manhattan à New-York le 11 novembre 2016 / © MAXPPP
La parade durant le Veterans Day dans le quartier de Manhattan à New-York le 11 novembre 2016 / © MAXPPP

Cette année, pour le centenaire, le président américain, Donald Trump se rend dans l'Aisne, précisément au Bois Belleau, près de Château-Thierry. 
 

Chaque année, entre 3 000 et 4 000 Américains se rendent sur ce lieu de mémoire pour rendre hommage à leurs ancêtres à l'occasion d'une cérémonie militaire du Mémorial Day en présence de troupes de Marines US et de troupes françaises.
 

Pas de commémoration pour les Allemands


Contrairement aux pays alliés, l'Allemagne ne célèbre pas le 11 novembre. 

Aucun événement n'est prévu dans le cadre du centenaire. La chancelière allemande Angela Merkel sera d'ailleurs en France et notamment à Compiègne pour assister aux cérémonies. 
 

Les Allemands préfèrent retenir une autre date : le 9 novembre, qui signe la fin de l'Empire et la proclamation de la République. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus