Coronavirus : en Belgique, les détenus vont coudre des masques pour fournir les soignants

La prison de Sequedin (image d'archives) / © F.GILTAY
La prison de Sequedin (image d'archives) / © F.GILTAY

Les détenus "veulent faire quelque chose en retour pour la société", a assuré la ministre de la Justice.

Par AFP

Des prisons belges équipées d'ateliers de couture vont fournir des centaines de masques de protection aux personnels soignants du pays pour contribuer à la lutte contre le nouveau coronavirus, a annoncé mardi l'Administration pénitentiaire (AP) belge.
 

 

Prisonniers volontaires


Il s'agit d'une initiative de prisonniers volontaires, a assuré Kathleen De Vijver, porte-parole de l'AP. "On a déjà coupé du tissu pour pouvoir faire 2.000 masques" buccaux, a-t-elle déclaré à l'AFP. Les compétences en couture de quelques détenus avaient déjà été testées à la prison d'Audenarde (nord-ouest) à l'occasion de la commande récente d'une entreprise extérieure sous-traitant sa production, a expliqué Mme De Vijver.

Et la perspective d'une pénurie de masques pour les personnels soignants avec la propagation de la maladie Covid-19 a convaincu l'administration de demander ses modèles à cette entreprise afin que d'autres détenus en confectionnent ailleurs.
 

Selon la porte-parole, onze détenus d'Audenarde, capables de produire 500 masques par jour, devraient être imités prochainement par sept autres à la prison de Merksplas, près d'Anvers, "déjà prêts à commencer".

 

Dix décès en Belgique


Quatre autres prisons disposant d'un atelier de couture, dont celles de Bruges et de la commune bruxelloise de Forest, devraient aussi être concernées prochainement par ce geste de solidarité, d'après les autorités.

Les détenus "veulent faire quelque chose en retour pour la société", a salué le ministre de la Justice, Koen Geens, sur son compte Twitter. La Belgique, pays de 11,4 millions d'habitants, a recensé officiellement à ce jour 1.243 cas de coronavirus et dix décès.

Face au risque d'une forte affluence de malades, le ministère de la Santé a appelé lundi les citoyens belges déjà équipés d'un masque médical à le déposer à l'hôpital le plus proche.
 

De son côté l'Administration pénitentiaire a garanti que les masques fabriqués en prison, lavables, pouvaient servir à "un usage professionnel". "Nous ne pouvons pas délivrer de certificat parce que nous les fabriquons nous-mêmes", mais "notre service médical nous a assuré qu'ils peuvent être utilisés par des professionnels", a affirmé Mme De Vijver, citée par la chaîne flamande VRT.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus