Coronavirus : "Tout le monde a son rôle à jouer" face à ce virus "instable et dangereux"

David Alapini, président du conseil de l’ordre des pharmaciens Hauts-de-France, a répondu à nos questions sur la dangerosité du coronavirus Covid-19.

David Alapini, président du conseil de l’ordre des pharmaciens Hauts-de-France, alerte sur la responsabilité de chacun face à l'épidémie.
David Alapini, président du conseil de l’ordre des pharmaciens Hauts-de-France, alerte sur la responsabilité de chacun face à l'épidémie. © FTV

Que sait-on de ce virus ?

On sait que c'est un virus instable, très contagieux, par contact, par surface, et par projection lorsque vous éternuez ou toussez. Il est présent dans des goutelettes de sécrétion du nez et de la bouche, ainsi que dans le sang, la sueur, les selles, les urines : il est présent partout. D'où l'importance des gestes barrières, surtout chez ceux qui ne présentent pas de symptômes, qui peuvent être porteurs mais asymptomatiques.

Pouvez-vous rappeler ces gestes ?

Comme c'est un virus qui continue à vivre pendant 1 à 9 jours lorsqu'il est déposé sur une surface, il faut nettoyer régulierement les surface sujettes au contact humain : poignées de porte, tables, volants de voiture, leviers de vitesse... Les désinfectants classiques sont efficaces : eau oxygénée, javel, alcool à 70 degrés, et bien sûr gel hydralcoolique.

Le lavage des mains aussi est important, pendant une vingtaine de secondes. Si on n'a pas la possibilité de se les laver, il faut les désinfecter avec les produits cités.

Comment se comporter avec ses proches et ses collègues ?

Ce virus a une particularité : il se transmet facilement et rapidement. Il faut donc cassser ce cercle de transmission. Il faut prendre de la distance, on estime à 1 à 2 mètres la distance de sécurité, notamment par rapport aux projections du nez et de la bouche.

Les jeunes ont le sentiment d'être moins à risque, ils ont raison ?

On commence à voir dans les service d'urgences des patients jeunes en détresse respiratoire, qui nécessitent des soins très importants, notamment l'intubation et l'assitance respiratoire. Nous ne connaissons pas ce virus et nous n'avons ni traitement préventif ni curatif. Alors compte tenu de son évolution rapide, on ne peut pas prendre le risque de prendre à la légère ce qui se passe aujourd'hui.

Un message à passer aux Picards ? 

Ce qui s'est passé en Picardie et notamment dans l'Oise nous a appris que nous n'avons peut-être pas été à la hauteur dès le début en matière d'alerte et nous n'avons peut-être pas pris tout de suite les meilleures décisons, ne connaissant pas le virus. Mais je veux dire avec la plus grande gravité que nous sommes confrontés à une crise grave qu'il faut prendre au sérieux et que tout le monde a son rôle à jouer pour que nous puissions assister à une décroissance de l'épidémie.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société