Coronavirus - Tourcoing : une entreprise textile se lance dans les masques et constate que l'Etat commande à l'étranger

Thibault Nollet, le directeur de Teuf confection, à Tourcoing, regrette que l'Etat importe des masques de pays où la main d'oeuvre est cinq fois moins chère.

Des masques fabriqués par Teuf confection
Des masques fabriqués par Teuf confection © DR
D'habitude, l'entreprise Teuf confection (Tourcoing -Nord) fabrique des coussins pour les musées. Mais dans cette période exceptionnelle, comme ailleurs en France, l'idée de fabriquer des masques avce le personnel présent s'est imposée.

"Il y avait de la demande, beaucoup de demandes", explique Thibault Nollet, directeur de cette PME nordiste. L'initiative est saluée par Gérald Darmanin, adjoint au maire de Tourcoing et ministre. 

"On a donc acheté avec un confrère un rouleau en polyamide non tissé d'une valeur de 10 000 euros pour faire 40 000 masques. On en a produit chacun 2 000 et puis on s'est aperçus que les commandes ne suivaient plus", raconte l'entrepreneur. Il ne comprend pas que l'Etat ne donne pas la priorité aux masques français.
L'atelier de Teuf confection
L'atelier de Teuf confection © Teuf confection


Au fil des jours, la belle histoire de solidarité et de mobilisation nationale contre le coronavirus tourne donc au vinaigre. Thibault Nollet enquête et s'aperçoit qu'il est en concurrence avec des pays où la main d'oeuvre est cinq fois moins chère et qui a le même tissu validé, normé, par la DGA, Direction Générale des Armées, chargée de cette mission de contrôle-certification.
 

Un masque certifié, dix lavages, je le vends dans les 3 €. On en voit à 1,15 € !


"Désormais, les masques c'est un secteur hyper-concurrentiel : un appel d'offres et c'est 60 entreprises qui répondent. Moi je n'ai jamais voulu me battre contre les producteurs chinois ou tunisiens. On ne peut pas lutter". Et de rappeler, comme il l'a signalé à La Voix du Nord : "Un masque certifié, dix lavages, je le vends dans les 3 €. On en voit à 1,15 € ! En Tunisie, la confection, c’est 8 centimes de la minute quand en France, c’est 50 !"

Déçu mais positif, l'entrepreneur tend la main en restant ouvert : "Si les commandes des pouvoirs publics me sont passées, je recrute". En attendant, ses 15 salariés reprenent leur travail à destination des clients habituels pour le tissu d'ameublement. 
 
Teuf confection, en bref
Quinze salariés
Création, 1976
Site Tourcoing
Tissu d'ameublement
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie