Covid-19. Tests, R0, hospitalisations, clusters : on vous explique la situation dans les Hauts-de-France

Où en est le Covid-19 dans les Hauts-de-France à mi-juillet ? 
Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © PHOTOPQR/JOURNAL DU CENTRE/MAXPP
Une deuxième vague, un rebond, une inquiétude ? Où en est le Covid-19 dans les Hauts-de-France ? Alors que de nombreux pays reconfinent ou constatent une augmentation du nombre de cas, alors que le masque sera bientôt obligatoire dans tous les lieux publics fermés, on fait le point sur les principaux indicateurs. 

Un nombre de tests positifs stable

Environ 4 à 6000 tests sont réalisés chaque jour dans les Hauts-de-France. Peu sont positifs. Entre 0 et 10 par jour dans le Pas-de-Calais, la Somme, l'Aisne et l'Oise. Le Nord est un cas à part, on y trouve jusqu'à 50 cas positifs par jour. Un chiffre qui ne progresse pas particulièrement ces derniers jours. 

Il est donc difficile de l'interpréter précisément car le nombre de tests positifs dépend aussi beaucoup du nombre des tests effectués. Mais il démontre une chose simple : des habitants de la région continuent d'attraper le Covid-19, deux mois après le déconfinement. 

A noter que la situation est particulière dans le Nord : le taux de positivité aux tests de dépistage Covid-19 s'établit à 1,37% dans le Nord contre 1,1 % à l'échelle nationale et celui de la reproductivité (nombre moyen de personnes infectées pour 1 cas) est de 1,06. "Quelle que soit la fenêtre utilisée, l’estimation n’est pas significativement supérieure à 1, ce qui signifie qu’actuellement l’épidémie reste maitrisée au niveau régional", écrit ce vendredi Santé Publique France. 

L'autre critère gourvenemental est le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de personnes infectées sur une semaine pour 100 000 habitants. Le seuil de vigilance était fixé à 10 ("orange"), le seuil d'alerte à 50 ("rouge).

Pour le moment, quatre des cinq départements ont un taux d'incidence inférieur à 4, avec une évolution relativement stable. Seul le Nord fait exception. Dans le département le plus peuplé de la région, ce taux d'incidence commence à se rapprocher du seuil de vigilance : selon les dernières données de Santé publique France (semaine glissante du 7 au 13 juillet), il est désormais de 8,5 (contre 8,7 la semaine précédente). Toujours en dessous du seuil orange.

Le R0 en hausse

Le RO c'est l'indice de circulation du virus. Au-dessus de 1, le virus progresse. En-dessous, il s'éteint doucement. Dans les Hauts-de-France, il est désormais de 1,06. C'est au-dessus de 1 et cela place la région en orange sur la carte éditée par le ministère de la Santé (comme 5 autres régions). Mais c'est beaucoup moins que d'autres régions. En Provence Alpes Côte d'Azur, cet indice est de 1,55. 

"En France métropolitaine, la circulation du virus tend à progresser, écrit le Ministère de la Santé (...) Cette tendance, si elle est concomitante d’une augmentation du nombre de tests RT-PCR réalisés, n’en indique pas moins une transmission qui permet au virus de se maintenir voire de progresser."

Des clusters surtout dans le Nord

Le département du Nord est celui qui compte le plus de "clusters" en France, à savoir de regroupements de cas de Covid-19, ont annoncé ce jeudi la préfecture et l'Agence régionale de Santé dans un communiqué. Entre le 11 mai et le 15 juillet, 31 clusters (hors Ehpad) y ont été recensés. 14 sont toujours actifs ou surveillés.

Certains clusters nordistes ont été très importants. On sait par exemple que 26 cas de Covid-19 ont été détectés dans l'entreprise Triselec à Lille. A Haubourdin, des tests étaient effectués ce vendredi suite à un cas de Covid-19 dans une crèche.

Dans le Pas-de-Calais, à Arras, un centre de loisirs a fermé suite à la détection de deux cas de Covid-19 chez des enfants. 
Le centre de loisirs installé dans l'école Oscar Cléret à Arras est fermé jusqu'à nouvel ordre
Le centre de loisirs installé dans l'école Oscar Cléret à Arras est fermé jusqu'à nouvel ordre © E.QUINART

En tout, les Hauts-de-France, on compte 61 clusters depuis le 9 mai. Parmi ces 61 clusters, 37 (61%) ont été clôturés, 6 sont considérés comme maîtrisés (10%) et 18 (29%) sont actuellement en cours d’investigation/gestion. Parmi les 18 clusters en cours d’investigation/gestion, 14 sont donc dans le Nord, 1 dans le Pas-de-Calais, 1 dans l’Oise et 2 dans l’Aisne.

Hospitalisations, soins intensifs : la baisse continue

Le virus est toujours présent mais certains indicateurs sont rassurants. Le nombre d'hospitalisations pour Covid-19 continue à baisser régulièrement. Dans les établissements des Hauts-de-France, 630 personnes sont actuellement hospitalisées à cause du coronavirus. C'est le chiffre le plus bas depuis le 23 mars, au début du confinement.

40 personnes sont toujours en soins intensifs. Un chiffre qui continue à baisser également lentement. 40 au 16 juillet, soit le chiffre au plus bas depuis la mi-mars. Au plus fort de l'épidémie, on a compté 583 personnes en réanimation (le 7 avril).
Le nombre de décès liés au Covid-19 dans les Hauts-de-France s'établit désormais à 1886 décès. Il augmente désormais de 1 à 8 maximum chaque jour. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société