Covid-19 : trois patients évacués depuis Dunkerque et Calais vers Limoges pour désengorger les hôpitaux saturés

Après des transferts vers les hôpitaux de Normandie, trois patients ont été évacués des hôpitaux de Dunkerque et Calais vers Limoges ce lundi 8 mars, afin de désengorger les services de réanimation saturés sur le littoral.

Trois patients ont été transférés des hôpitaux de Dunkerque et Calais vers le CHU de Limoges.
Trois patients ont été transférés des hôpitaux de Dunkerque et Calais vers le CHU de Limoges. © Twitter Patrick Goldstein / SAMU du Nord

La pression persiste dans les hôpitaux des Hauts-de-France. Après avoir héliporté deux patients depuis Dunkerque vers Le Havre il y a cinq jours et transféré un patient en réanimation par la route vers Caen, les évacuations se poursuivent.

Ce lundi 8 mars, trois patients ont été transférés par avion vers le centre hospitalier universitaire de Limoges, situé à 700 kilomètres de la côte nordiste.

En cause, les services de réanimation saturés dans la région et particulièrement sur le littoral. Dans le Pas-de-Calais par exemple, 130 patients occupaient un lit réanimatoire dans les hôpitaux du département au 5 mars 2021, un record depuis le début de la crise sanitaire au printemps dernier. 

"Cette opération...ne sera pas la dernière"

Avec le regain de l'épidémie, plus d'une centaine de patients en réanimation ont été transférés de l'hôpital de Dunkerque vers les autres établissements de la région ces dernières semaines. Désormais, la situation se tend partout dans les Hauts-de-France, où l'évolution de la situation sanitaire dans les cinq départements est scrutée de près par les autorités sanitaires.

L'Agence Régionale de Santé a par ailleurs demandé aux hôpitaux de réarmer 100 lits de réanimation supplémentaires dans la région pour faire face à l'afflux de patients attendu. "L’objectif est de porter le nombre de lits de réanimation à 800 en Hauts-de-France, contre 460 hors contexte de crise sanitaire", a précisé l'ARS dans un communiqué.

Malgré l'augmentation du nombre de lits en réanimation dans les Hauts-de-France, ces transferts en dehors de la région sont "indispensables pour pouvoir accueillir les patients graves encore nombreux chaque jour", indique Christophe Couturier, chef des urgences au CH de DunkerqueDe son côté, Patrick Goldstein prévient : "cette opération...ne sera pas la dernière".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société