Dans le Nord Pas-de-Calais, des différences hommes-femmes plus marquées que dans le reste de la France

Les chiffres de l'Insee sur le Nord Pas-de-Calais montrent des égalités plus prononcées entre hommes et femmes que dans le reste du pays. Les femmes, plus diplômées, gagnent en moyenne 20% de moins que les hommes, sont moins nombreuses à être en activité et travaillent plus souvent à temps partiel. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Sur le marché du travail : des différences hommes/femmes plus prononcées


Les inégalités entre les hommes et les femmes sont plus prononcées dans le Nord Pas-de-Calais que dans le reste de la France. Les femmes ont un taux d’activité plus faible, un taux de chômage plus élevé et travaillent plus souvent à temps partiel. Dans la région, plus de trois femmes sur 10 ont un emploi à temps partiel.

Les écarts de salaire entre homme et femmes sont à peu près équivalents à la moyenne nationale : en France, comme dans le Nord Pas-de-Calais, les hommes gagnent en moyenne 20 % de plus que les femmes. Mais hommes et femmes gagnent moins que la moyenne des Français.

Plus de diplômes, moins de travail

Les égalités sont moins marquées entre fille et garçon en matière d’éducation dans le Nord Pas-de-Calais. Les différences de taux de scolarisation à 18 ans sont plus faibles qu’au niveau national : il y a en moyenne autant de filles scolarisées que de garçons.
Pour lire le graphique :  les indicateurs représentent un ratio des inégalités entre hommes et femmes dans la région Nord Pas-de-Calais (en bleu) et la moyenne française (en noir), équivalent à 1. Les valeurs supérieuresà 1 (comme par exemple sur le taux d'activité) traduisent des différences plus marquées dans la région que dans le reste de la France. Inversement, les valeurs inférieures à 1 soulignent des écarts moins importants.

Toutes filières confondues, les filles obtiennent de meilleurs résultats au baccalauréat, que ce soit dans la région ou au niveau national. Elles redoublent moins et ensuite, sont plus diplômées. Pour les générations plus récemment diplômées (25 à 34 ans), elles représentent 59 % des diplômés du supérieur court et 55 % des diplômées du supérieur long.

Mais à diplôme équivalent, les femmes sont plus souvent au chômage que les hommes.

Quand elles travaillent, les femmes sont plus souvent dans des secteurs peu rémunérateurs : la santé, l'éducation et le commerce. Ce qui explique en partie les écarts salariaux entre hommes et femmes.

Pour savoir tester les inégalités de salaire entre hommes et femmes dans votre région Francetv info propose une application : Le pariteur.

Moins de loisirs, plus d’espérance de vie

Les différences de sexe se mesurent aussi dans le temps libre : les hommes français ont en moyenne 10 %  de temps de loisir de plus que les femmes. Les femmes, elles, consacrent deux fois plus de temps aux tâches ménagères. Les hommes sont plus souvent licenciés sportifs : dans la région 72 % des licenciés sportifs dans le Nord Pas-de-Calais sont des hommes, 70 % en France métropolitaine.

Mais les femmes vivent plus longtemps : 7 ans de plus en moyenne contre 6 ans en France. L’Insee précise que cette situation n’est pas plus favorable pour les femmes : l’espérance de vie des hommes est plus faible dans le Nord Pas-de-Calais qu’ailleurs en France.

La bonne nouvelle ?

Les écarts se résorbent plus vite que dans le reste de la France. Depuis 1990, les inégalités entre les femmes et les hommes sur le marché de l’emploi diminuent tant dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie qu’en France métropolitaine.

Il faut dire que la Grande Région part de loin : les femmes avaient bien moins tendance à être en activité (avoir ou rechercher un emploi) il y a 25 ans. D’autre part, la crise a plus fortement touché des domaines où les hommes étaient majoritaires (industrie, construction, etc.) : quand il y a plus de femmes qui travaillent et plus d’hommes au chômage, l’évolution est plus visible.
En rouge : les zones où les femmes sont proprtionnellement plus nombreuses sur le marché de l'emploi, en beige, celles où elles sont proprtionnellement moins nombreuses à être en activité. Plus la flêche est foncée, plus l'évolution du taux d'activité est grande depuis les années 1990.

Cet article s'appuie sur les chiffres de l'Insee, consultables iciici et .