Débat régionales 2021 : deux candidats des Hauts-de-France s'écharpent sur Rev3, mais de quoi parle-t-on ?

15 millions ou 100 millions d’euros pour Rev3 ? Mercredi 23 juin, lors du débat du 2nd tour, Sébastien Chenu, candidat du RN, et Xavier Bertrand, président sortant, se sont contredits sur le budget de cette troisième révolution industrielle et écologique des Hauts-de-France. Qui a raison ?

Xavier Bertrand et Sébastien Chenu sont entrés en désaccord sur le budget alloué par la Région à la Troisième révolution industrielle (Rev3), lors du second débat télévisé des élections régionales en Hauts-de-France.
Xavier Bertrand et Sébastien Chenu sont entrés en désaccord sur le budget alloué par la Région à la Troisième révolution industrielle (Rev3), lors du second débat télévisé des élections régionales en Hauts-de-France. © Frédérik Giltay/France Télévisions

Mercredi 23 juin, sur notre plateau télé, Xavier Bertrand, président sortant, et Sébastien Chenu, candidat du Rassemblement national, se sont écharpés au sujet de Rev3, lors du débat du second tour des élections régionales. Au cœur des tensions : le budget alloué par la Région à cette “troisième révolution industrielle”.

Voilà ce qu’a déclaré Sébastien Chenu en direct : “Xavier Bertrand transforme toujours une grenouille en bœuf. Mais Rev3 c’est 15 millions d’euros sur un budget de 3,5 milliards. On ne fait pas une révolution industrielle avec un budget de 15 millions d’euros", a déclaré le candidat du Rassemblement national.

Derrière cette prise de parole, notre journaliste en plateau a corrigé ce chiffre : “Rev3 c’est 100 millions d’euros je crois”. Avant que Xavier Bertrand confirme dans la foulée : “Bien-sûr que c’est 100 millions d’euros”. “Non, vous regarderez”, a finalement conclu Sébastien Chenu.

Qu’en est-il vraiment ? Qui a raison sur le budget de Rev3 ? Eléments de réponse.

Qu'est-ce-que Rev3 ?

Tout d’abord, rappelons ce qu’est cette Troisième révolution industrielle, nommée Rev3. Né en 2013 sous l’impulsion de l’économiste américain Jérémy Rifkin, ce dispositif vise à relancer l’activité et l’emploi durable dans les Hauts-de-France, en soutenant la transition énergétique. Xavier Bertrand parle d’un “mariage de l’économie et de l’écologie”.

Son budget total ? 500 millions d’euros, financés par un partenariat privé-public. 

Concrètement, sur le terrain, Rev3 a soutenu depuis sa création quelque 1 400 projets favorisant les énergies renouvelables, la mobilité douce, la construction de bâtiments durables ou encore l’économie circulaire.

En tout, selon les chiffres de Rev3, la région compterait 26 771 entreprises dont les activités relèvent du dispositif, et parmi elles 6 182 pour lesquelles ce serait le cœur de métier.

Côté emploi, en 2018, on dénombrait près de 160 000 emplois directement liés à Rev3. Entre 2013 (date de création) et 2018, 52 000 emplois ont été créés.

Un budget "peu lisible"

Combien d'euros sont donc alloués chaque année par le conseil régional à Rev3 ? 15 millions ou 100 millions d’euros ? Voilà la question à l’origine du désaccord entre Xavier Bertrand et Sébastien Chenu.

Pour y répondre, nous nous sommes plongés dans les chiffres du budget de la Région, entre 2016 et 2021, dates de la mandature de Xavier Bertrand. 

Premier constat : le budget fléché pour la Troisième révolution industrielle (ou Rev3) n’est pas isolé, mais s’inscrit dans une enveloppe plus large destinée aux actions en faveur de l’environnement et de la transition écologique. Il apparaît donc compliqué de définir clairement la part des investissements dédiés à Rev3. 

D’ailleurs, dans son avis sur le projet de budget primitif 2021 de la Région Hauts-de-France, le Ceser pointe du doigt ce flou : “Cela demeure très peu lisible dans ce Budget prévisionnel et mériterait des éclaircissements pour les années à venir.”

121,29 millions d’euros pour les politiques environnementales en 6 ans

Toutefois, si on cumule les budgets annuels des six dernières années (en investissement et en fonctionnement) concernant les politiques dites “environnementales” (incluant Rev3), la Région a dépensé un total de 121,29 millions d’euros.

Un chiffre qui correspondrait davantage aux 100 millions d’euros avancés par Xavier Bertrand, qu’aux 15 millions d’euros évoqués par Sébastien Chenu.

Mais alors d’où sort le chiffre du candidat du Rassemblement national ? Pas de nul part, puisqu’il correspond à quelque chose près au budget 2021 des politiques fléchées sous l’intitulé Troisième Révolution Industrielle (TRI), transition écologique et politique énergétique, eaux et bois, dont les dépenses s’élèvent à 16,24 millions d’euros.

Sébastien Chenu aurait ainsi évoqué le montant investi par la Région sur un an, sans prendre en compte les précédents budgets votés.

Un budget en baisse au fil des ans

Cela étant dit, le budget fléché pour les actions en faveur de la transition énergétique et du développement durable ne cesse de diminuer au fil des années. Entre le budget prévisionnel 2016 et le budget prévisionnel 2021, les dépenses sont passées de 28,8 à 16,24 millions d’euros par an, soit une baisse de 43 %. 

Dans son dernier avis, le Ceser s’inquiète de ce constat : “Au regard de l’urgence écologique et climatique, des compétences de la Région qui assure le chef de filât régional en matière notamment de protection de la biodiversité, de climat, de qualité de l'air et d'énergie et de la volonté d’amplifier davantage la Troisième Révolution Industrielle à l’éclairage des conséquences de la crise sanitaire, le CESER s’interroge sur l’adéquation entre l’ambition et les moyens.”

En résumé, dans cette bataille de chiffres, Sébastien Chenu a parlé d'un montant équivalent au budget annuel quand Xavier Bertrand a rappelé le budget total de Rev3.  Voilà ce qui a généré la confusion dans le débat.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fact-checking économie médias région hauts-de-france politique élections régionales 2021 élections