Déconfinement : Valentin Belleval, deux heures et demie avec le Président

Pour la deuxième fois en 15 jours, Emmanuel Macron s’est entretenu en visioconférence avec des maires pour évoquer la crise sanitaire. Parmi la dizaine d’élus, Valentin Belleval, le maire (DVD) d’Hazebrouck, dans le Nord. Il revient sur deux heures et demie d’échanges.

Emmanuel Macron s’est donc entretenu mardi après-midi, de 17 heures 30 à 20 heures, avec une dizaine de maires, de toutes tendances politiques, de petites et moyennes communes de l’ensemble du territoire. Le 15 avril, pour le même exercice, les services de l’Elysée avaient déjà sollicité un élu du département du Nord, Luc Monnet, maire (DVD) de Templeuve. Le président de la République veut ainsi montrer qu’il prend le pouls des territoires, qu’il s’informe des remontées du terrain en demandant directement aux maires un compte-rendu de ce qu’ils voient et entendent chez leurs administrés.

J’ai rappelé au chef de l’Etat ce qu’ont été les maires durant cette crise : à la fois des chefs d’orchestre et des urgentistes.

Valentin Belleval, maire d'Hazebrouck

Valentin Belleval, lui, a été contacté... mardi en fin de matinée. Autant dire qu’il a dû bouleverser en urgence son agenda. "Le président a pris le temps de nous écouter" se félicite le tout jeune maire d’Hazebrouck. Il vient d’avoir 29 ans. "Pour ma part, j’ai pu m’exprimer une quinzaine de minutes, très librement. J’ai rappelé au chef de l’Etat ce qu’ont été les maires durant cette crise : à la fois des chefs d’orchestre et des urgentistes. J’ai pu témoigner de la confiance qui s’est nouée entre les maires et les préfets. Témoigner des efforts déployés par une commune comme la nôtre, en cogérance avec notre hôpital, pour permettre 500 vaccinations par jour, ce qui est exceptionnel. Témoigner aussi de mes inquiétudes devant la baisse des dotations de l’Etat. C’est un million d’euros de manque à gagner pour Hazebrouck, alors que la crise du Covid a coûté à ma commune près de 500 000 euros."

De son côté, Emmanuel Macron a confirmé que le calendrier du futur déconfinement sera maintenu (fin des restrictions de déplacement le 3 mai puis réouvertures progressives) sans toutefois donner de dates précises. Il a évoqué une levée du couvre-feu "si possible" entre la mi-mai et la mi-juin. Il a exclu une nouvelle fermeture des écoles. Il lancera cet été la deuxième étape du plan de relance.

A propos des vaccins, le président de la République a promis que l’Etat sera en mesure de fournir aux maires un plan d’approvisionnement clair sur six semaines, ce qui évitera les embouteillages et les listes d’attente. Et il garantit la vaccination aux assesseurs pour les élections départementales et régionales des 17 et 20 juin. Valentin Belleval a trouvé Emmanuel Macron "à l’écoute, combatif".

Le jeune élu – qui est candidat sans étiquette aux élections départementales dans son canton - est maire d’Hazebrouck (21 000 habitants) et président de la communauté de Communes de Flandres Intérieure depuis l’an passé. Cet enfant du pays, élu en 2014 au conseil municipal dans la majorité, était ensuite parti en dissidence contre son maire, avant de le battre séchement aux dernières élections. Un jeune homme pressé. Ambitieux. Sans complexe.

Cette visioconférence avec le Président a de quoi ravir Valentin Belleval, lui qui faisait campagne en 2020 en promettant de "faire parler de sa ville." Mardi soir, il a lancé une invitation au chef de l’Etat pour qu’il vienne signer lui-même à Hazebrouck, dès la semaine prochaine, l’un des premiers contrats de relance. L’Elysée a pris note.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 confinement