• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Découvrez le récit de Jacques, déporté NN, dans “Ces traces qui restent”

© Les Docs du Nord - VIGO Films - France Télévisions - Pictanovo - 2018
© Les Docs du Nord - VIGO Films - France Télévisions - Pictanovo - 2018

Dans ce documentaire, Olivier Fély-Biolet part à la recherche des traces de son cousin déporté en 1942 alors qu'il n'était âgé que de 15 ans. Pourquoi et comment a-t-il disparu ?

Par Madison Mouquet

Revoir le documentaire Ces traces qui restent

La disparition n'est pas vraiment la mort, même si la mort en est la conséquence la plus constante. Il s'agit d'un vol du corps, d'un vol de la mort, d'un enfoncement dans le vide chargé de frapper l'imagination des proches et des communautés visées. Faire disparaître quelqu'un (pour le torturer et le tuer ensuite), maintenir le secret sur ce qui est arrivé est une façon d'affirmer une toute-puissance beaucoup plus efficace qu'un massacre direct, au grand jour.
Les Disparitions, Philippe Sollers.

Jacques, 15 ans, est arrêté par la Feldgendarmerie à Compiègne pour détention d’armes. Il est successivement emprisonné à Compiègne, Amiens et à La Santé à Paris. Puis, personne ne sait ce qu’il devient : il disparaît. Jacques ne rentre pas à la Libération.

Sa mère, Emilia, recherche sa trace pendant plus de 30 ans, en vain. Elle apprend seulement qu’il a été déporté depuis La Santé vers le camp de concentration d’Hinzert, en Allemagne, le 18 juin 1942.

En 2015, Olivier Fély-Biolet s’est plongé dans les archives nationales et internationales, en quête du sort de son cousin. Il découvre son terrible parcours et pourquoi personne ne pouvait savoir ce qu’il était devenu.
 

L’histoire de sa disparition, comme celles de milliers d’opposants au IIIe Reich, révèle un aspect méconnu du régime de terreur mis en place par Hitler, entre 1941 et 1944 : celui des “prisonniers NN”, les “Nacht und Nebel” (Nuit et Brouillard).

Le décret NN ordonnait la déportation de tous les ennemis ou opposants au IIIe Reich. Il rendait possible le transfert en Allemagne de toute personne qui représentait un danger pour la sécurité allemande et leur disparition dans le secret absolu.

Jacques fut arrêté pour détention d'arme mais l'absence de preuve d'une entrée dans la Résistance ne permettait pas de le condamner à mort. Sous le sigle NN, il fut donc déporté dans le plus grand secret.
© Les Docs du Nord - VIGO Films - France Télévisions - Pictanovo - 2018
© Les Docs du Nord - VIGO Films - France Télévisions - Pictanovo - 2018

Olivier Fély-Biolet a interrogé sa famille, cherché dans les archives internationales, inerrogé des témoins et des historiens. Il a cherché à reconstituer un puzzle : celui du destin de Jacques.

Pourquoi personne ne pouvait retrouver Jacques ? Pourquoi personne au monde ne devait savoir ce qu'il était devenu ?

Découvrez le documentaire inédit Ces traces qui restent, lundi 28 janvier après le Soir 3 et vendredi 1er février à 9h20 sur France 3 Hauts-de-France. Ce film de 52 minutes est réalisé par Olivier Fély-Biolet et coproduit par France 3 Hauts-de-France, Les Docs du Nord, Vigo Films et Pictanovo.

 

Sur le même sujet

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus