Des salariés de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem soupçonnés d'être radicalisés

L'aéroport de Bruxelles-Zaventem. / © BENOIT DOPPAGNE / Belga / AFP
L'aéroport de Bruxelles-Zaventem. / © BENOIT DOPPAGNE / Belga / AFP

Des policiers et des syndicats affirment que l'aéroport de Bruxelles-Zaventem emploie des personnes proches de la mouvance islamiste. 

Par @F3nord avec AFP

Tout est parti d'un courrier qui fait du bruit en Belgique depuis deux jours. Il a été rédigé, suite aux attentats de Bruxelles, par des membres (100 sur 391) du corps d'intervention de la police aéronautique, une section de la police fédérale belge qui travaille dans les aéroports. "Cette lettre est l’expression de la frustration de policiers de première ligne face à la mauvaise gestion, un cri de détresse en faveur de la sécurisation des aéroports nationaux."

Dans ce courrier adressé à leur hiérarchie, ils dénoncent un "laxisme" dans la sécurité de l'aéroport et affirment avoir signalé à de nombreuses reprises ces lacunes à leurs supérieurs et à Brussels Airport. "Plusieurs rapports d'information destinés au service de lutte contre le terrorisme ont été dressés au sujet de contrôles d'identité des passagers comme de passants douteux", écrivent-ils. Ils parlent de manque de contrôle, de manque de moyens : « les armes dépassées », « le matériel roulant vieillissant » « l’infrastructure abominable ». 


Des partisans de l'Etat Islamique dans le personnel ?

Ils soulignent également le fait qu’une partie des travailleurs du centre de tri des bagages sur le tarmac de l’aéroport, aurait un passé judiciaire, « souvent pour des faits criminels graves ». "Le fait que ces personnes puissent, en 2016, continuer à travailler à des endroits très sensibles pour la sécurité de l'aéroport, est hallucinant."

Sur ce dernier point, plusieurs médias belges ont mené l'enquête et confirmé l'existence possible de salariés radicalisés dans le personnel de l'aéroport :  "L'Etat Islamique a bénéficé d'un coup de main, avec des hommes en reconnaissance et des repérages", indique par exemple une source policière dans Het Nieuwsblad. "Par le passé, nous avons retiré le badge de plusieurs personnes parce qu'ils exprimaient leur sympathie pour l'EI. Mais nous ne l'avons certainement pas fait pour tout le monde. Nous trouvons ces radicaux surtout dans les magasins, le services de nettoyage et parmi les bagagistes."

Sur RTL.be, Vincent Gilles, le président du SLFP Police, a même affirmé que certains policiers disent avoir vu des membres du personnel de l'aéroport de Bruxelles acclamer les attentats de Paris en novembre dernier : "Il apparait qu’il y a eu une politique de recrutement discriminatoire et qu'une certaine catégorie de la population était visée par ce recrutement plus favorable. Ce qui fait que dans le personnel bagagiste, apparemment, il y a pas mal de personnes qui, lors par exemple des faits de Paris, ont acclamé ces faits. Ce sont des collègues témoins qui nous l’ont dit."
policier zaventem
Le syndicaliste regrette que la direction de Brussels Airport n'agisse pas suffisamment énergiquement contre ce phénomène. 

Ces soupçons de radicalisation autour des salariés du plus gros aéroport belge ne sont pas nouveaux. Fin 2014, la RTBF avait révèlé que des employés de Brussels Airport s'étaient engagés aux côtés des jihadistes en Syrie. Des mesures de sécurité avaient été prises pour leur bloquer l'accès à l'aéroport à au moins une quinzaine de personnes.

Réouverture imminente de l'aéroport

L'aéroport de Bruxelles-Zaventem, dont le hall des départs a été dévasté par un double attentat-suicide le 22 mars, est "techniquement prêt" pour une reprise partielle du trafic voyageurs, mais aucun vol commercial n'est toutefois prévu avant samedi, a annoncé jeudi la société gestionnaire.

"La dernière étape pour une reprise des activités est une approbation formelle de la part du politique", précise Brussels Airport dans un communiqué. "Dans l'attente de cette approbation, il a été décidé de ne pas organiser de vols passagers certainement jusqu'à vendredi inclus", ajoute la société.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus