A  Amiens tout le monde connait l'horloge Dewailly. Elle fut installée en 1896. Mais il manquait la statue que Roze ne posera qu'en 1898 : un bronze représentant une femme quasiment nue évoquant une déesse du printemps, la Marie sans chemise.

Par Gontran Giraudeau

A  Amiens tout le monde connait l'horloge Dewailly, du nom de celui qui a décidé de sa construction en 1888. Dewailly était maire d'Amiens et, à sa mort, lègue une grosse somme d'argent pour édifier une horloge afin que les Amiénois de condition modeste qui n'avaient pas de montre puissent avoir l'heure et ne pas rater leur train.

C'est l'architecte Riquier qui conçoit la colonne métallique d'un style rococo, destinée à recevoir les 3 cadrans de l'horloge mais aussi une statue en bronze que devra réaliser Albert Roze, le sculpteur picard bien connu. Malheureusement Riquier et Roze ne s'entendent pas et s'accusent mutuellement du retard pris pour la réalisation. L'horloge ne fut terminée qu'en 1896 mais il manquait la statue que Roze ne posera qu'en 1898 : un bronze représentant une femme quasiment nue évoquant une déesse du printemps.

Les puritains s'indignent et crient au scandale mais le peuple Amiénois l'adopte rapidement et la baptise "Marie sans chemise". Les amoureux s'embrassent sur son socle et les étudiants l'habillent de manière plus ou moins sexy lors des bizutages.

En 1940 alors qu'Amiens est bombardé, la statue est démontée et mise en lieu sûr ; la colonne épargnée reste debout. Après guerre alors que l'on reconstruit Amiens un journaliste du Courrier Picard, Albert Sprecher, dénigre l'œuvre de Riquier en des termes discutables : "qui libérera Marie sans chemise de l'effroyable verroterie nègre qui la déshonore" dira t-il. Il obtient gain de cause et la colonne est démontée, abandonnée dans un terrain vague et vendue en petits morceaux aux ferrailleurs par les habitants.

Heureusement Marie sans chemise échappe au massacre et est réinstallée sur un socle en 1965 mais sans la colonne.

Sous l'impulsion de de Robien alors maire d'Amiens, la colonne, dont les plans avaient été conservés, est refaite puis réinstallée au début des années 2000. Marie Sans chemise retrouve alors son siège  rue des Sergents, quelques mètres derrière la place Gambetta son emplacement d'origine.

Version en picard

A Anmiens, tous chés gins i connoait't chl'horloge Dewailly, du meume nom qué chtileu qu'il o volu qu'o l'lé foaiche, in 1888. Dewailly il étoait maire ach momint lo pi quant il o défuncté il o baillé gramint d'acatoères pour hanseu chl'horloge. I voloait qu'chétleu qui n'avoait'té point d'monte i peuch'té vir l'heure déhors pour én point rateu leu train.

Ch'est Ritchier, architecte qui magine chole colonne putôt rococo qu'al dévoait rchuvoèr chés troès cadrans d'horloge pi étou ène estatue in bronze d'Albert Roze, es schulpteu picard bien connu.

Malheureusmint, Riquier pi Roze i ns'intindt'té point ! bien à l'arbou i s'atchust'té l'un l'eute éd chu rterd din leu z'ouvrage. Cht'horloge a n'a té finie qu'in 1896 mais chole statue d'Roze a n'a té posée qu'deux énées pu terd. Chu bronze i rpésintoait ène feume débillée quasimint nue, ène déesse qui faisoait pinser àch printemps.

Chés bourjoés i crit't au scandale mais chu peupe Amiènoés i l'lé trouvent'té fin rétuse pi i l'lé baptise "Marie sans cmise". Chés amoureux  i s'assit'té à ses queuqueus pour leu z'imbrasseu pi chés jonnes i z'i métt'té des cotrons sexy pindant chés bizutages.

In 1940 quant Anmiens il o a rfoaire aveuc chés allemands, chole Marie sans cmise al est démontée pi muchée ; chol colonne né rcheut point d'obus pi al reste atampie à s'plache. Apreu la djerre quant o rbatichoait Anmiens, un jornalisse d'éch Courrier Picard, Albert Sprecher, i sé n'nin prind à chol colonne éd Ritchier in disant des maouaistés : "tchèche qui délivréro Marie sans cmise éd chés effreuyabes nunuteries in verre qui l'l' déshonorent ?" qui dit come o.    Il o té intindu pi chole colonne al o té trondlée pi balée dins un terrain vague à d'où chés gins il l'ont démanglé pour l'ervinde in morcieux à des ferrailleux.

Heureusemint, Marie sans cmise al o écapé à chés démolicheux pi ratampie dsus in socle in 1965 mais sans chole colonne.

Ch'est de Robien et pi sn'étchipe qui z'ont démuché chés viux plans originals éd chol colonne pi qu'il l'ont foait rfoaire. Al o té raplachée au cminchmint des énées 2000 pi Marie sans cmise al so ratampie dins s'colonne quiques mètes drière chol plache Gambetta, ésn'implachemint d'origine