• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

L'appel de la musique ! Le 20 novembre 2016 a été créée à la Philharmonie de Paris sous la direction de Arie Van Beek (chef d’orchestre, directeur musical de l’orchestre de Picardie) une pièce de Bernard Cavanna pour smartphones et orchestre symphonique. Une première mondiale.

Par Julien Guéry

"Geek Bagatelles ou Introspections sur quelques fragments de la IXe symphonie de Beethoven", c'est le titre de cette oeuvre pour smartphones et orchestre symphonique.

A l’initiative de Rose Bardonnet - Lowry, directrice de l’Orchestre de Picardie, ce projet, né d'un partenariat entre le Lycée Boucher de Perthes d’Abbeville (80) et l’Orchestre de Picardie, met en valeur l’utilisation de nouvelles technologies dans un projet culturel, et change le format du concert  afin de  créer une nouvelle appétence pour le répertoire classique. Ce sera une première mondiale.

Pierre-Edouard Pécourt, professeur d’éducation musicale et de Chant choral au lycée Boucher de Perthes, a constitué un double chœur de smartphones, d’une vingtaine d’élèves de seconde du lycée Boucher-de- Perthes d’Abbeville, dont Smilla Lindemann qui nous fait part de son ressenti sur ce projet.
Ces élèves suivent l’option enseignement d’exploration création et activités artistiques arts du son. Ils ont préparé ce concert avec l’Orchestre de Picardie, qui est en résidence à Abbeville. 

« Le téléphone est appréhendé comme un instrument de musique et intègre la musique symphonique. C’est avant-gardiste. Ce qui est important, c’est la prise de conscience du geste instrumental », précise Pierre-Edouard Pécourt. « Chaque élève est équipé d’un smartphone dans lequel sont enregistrées plusieurs bande-son différentes : voix de femmes, d’hommes, violon ou encore woodblock, un instrument de musique de percussion en bois. Chaque téléphone est relié à une enceinte. Les smartphones agissent ainsi en opposition à l’orchestre ou s’intègrent en proposant des sonorités nouvelles. Le lycéen peut véritablement jouer avec cet outil, moduler le son, varier les paramètres, grâce à une gestuelle simple de la main. Il n’a aucune partition, mais suit les instructions du chef de chœur, Pierre Basseri. Cette technologie a été mise au point par Christophe Lebreton, ingénieur en informatique musicale au centre national de création musicale (Grame). »

Cette première mondiale a eu lieu le dimanche 20 novembre à la Philharmonie de Paris. Trois concerts sont prévus dans les Hauts de France, dont le premier au théâtre municipal d’Abbeville le 2 février.
S’ils disposent de ce type de téléphone, les spectateurs présents seront invités à télécharger l’application « Smartfaust » sur leur smartphone pour pouvoir s’intégrer au chœur à un moment donné de la pièce.

http://www.ac-amiens.fr/1178-smartphonie-a-la-philharmonie-de-paris.html


Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées