Cet article date de plus de 3 ans

ENQUÊTE : les munitions de 14/18, poison des sols des Hauts-de-France ?

Entre 1914 et 1918, entre le Nord et l'Est de la France, un milliard d'obus a été utilisé par les armées. 100 millions seraient encore présents dans les sols. Quel impact 100 ans après sur le sol ? Et sur notre santé ?

Le sol des Hauts-de-France est truffé d'anciennes munitions datant surtout de la première guerre mondiale. Balles, obus, fusées... Beaucoup n'ont toujours pas explosé 100 ans plus tard et il n'est pas rare que quelques-unes soient mises au jour au détour dans labour ou d'une promenade champêtre.

Au delà du risque d'explosion, la dangerosité de ces vestiges réside dans leurs composants. En 2017, une thèse de pharmacie, la seule publiée sur le sujet en Picardie, détaille les risques toxicologiques et environnementaux de ces munitions qui infusent dans notre sous-sol depuis un siècle.



Et c'est dans l'eau que ce que l'on trouve est inquiétant : du perchlorate, un perturbateur endocrinien bien connu des autorités françaises, a été découvert dans l'eau des villages situés sur la ligne de front..

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
enquêtes société histoire santé première guerre mondiale région hauts-de-france sorties et loisirs vos rendez-vous