Eurotunnel : baisse des tentatives d'intrusion par les migrants durant la nuit

Quelque 350 tentatives d'intrusion de migrants voulant gagner l'Angleterre ont été décomptées dans la nuit de mardi à mercredi sur le site Eurotunnel près de Calais, une baisse par rapport au début de semaine.

Calais, le 4 août 2015.
Calais, le 4 août 2015. © François Lo Presti/AFP
Parmi les 350 tentatives d'intrusion, 200 ont été repoussées aux abords du site de 250 hectares et 23 km de périmètre, 140 ont été interceptées à l'intérieur du site et 10 ont donné lieu à des arrestations. Il s'agit d'une baisse par rapport aux nuits précédentes, d'autant plus significative qu'elle intervient en milieu de semaine au plus fort de l'activité du tunnel et des poids lourds qui l'empruntent.

Dans la nuit de lundi à mardi, 600 tentatives d'intrusion avaient été enregistrées, et la veille 1.700, après deux nuits plutôt calmes dues à la diminution du trafic le week-end. Les renforts de 120 policiers arrivés sur place la semaine dernière à la demande du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, un temps pressentis sur le départ pour ce mercredi, devraient rester le temps nécessaire, indiquait une source proche du dossier en début de semaine. Cela pourrait signifier un maintien jusqu'à la venue du ministre, peut-être d'ici la fin de l'été.

"Mettre fin ensemble" au problème des migrants

Par ailleurs, ont débuté ces derniers jours des travaux d'installation de barrières sur deux endroits stratégiques du site Eurotunnel : aux quais d'embarquement des poids lourds sur les navettes et devant l'enceinte du site pour empêcher les migrants d'attendre le moment propice de la franchir. Ces dernières barrières devraient être prêtes d'ici fin août. M. Cazeneuve et son homologue britannique Theresa May ont affiché leur volonté de "mettre fin ensemble" au problème des migrants à Calais, dans une tribune commune publiée par le Journal du dimanche.

Le même jour, Xavier Bertrand, candidat aux prochaines élections régionales et ancien ministre (Les Républicains), avait lancé une controverse en suggérant de "laisser partir" les clandestins en Grande-Bretagne, tandis que l'exaspération commence à monter dans la région de Calais.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais société immigration
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter