Pour faire face à l'afflux dans les laboratoires picards, l'ARS établit une priorisation des tests

À mesure que la situation sanitaire se dégrade en Picardie, les délais pour effectuer un test PCR dans les laboratoires s'allongent, provoquant des tensions entre patients inquiets et personnels de santé épuisés. Dans ce contexte, l'ARS a établi une priorisation des tests PCR.

ILLUSTRATION / Tests PCR
ILLUSTRATION / Tests PCR © FTV
Un priorisation des tests : c'est, semble-t-il, la meilleure solution pour désengorger les laboratoires, confrontés à un afflux importants de patients désireux d'effectuer un test PCR. Une solution effective depuis le mardi 15 septembre dans les Hauts-de-France et confirmée par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, dans son point de situation hebdomadaire, ce jeudi 17 septembre.
 

Dégradation de la situation

Car les derniers chiffres communiqués par l'agence de santé indiquent une progression manifeste du coronavirus dans les trois départements picards. L'Oise et la Somme, dont le taux d'incidence se rapproche toujours plus du seuil d'alerte de 50 nouveaux cas pour 100 000 habitants en une semaine, risquent de passer en zone rouge dans les prochains jours.

Dans ce contexte de recrudescence du virus, l'ARS affirme procéder à près de 120 000 tests par semaine en région Hauts-de-France, soit le double par rapport au mois d'août. Un nombre de tests qui s'élève à 1655 pour 100 000 habitants, supérieur à la moyenne nationale de 1407. Mais voilà, encore faut-il que les laboratoires aient les moyens matériels et humains de répondre à la demande.
 

Où se faire tester ?

 

Quatre catégories de patients prioritaires

Désormais, quatre catégories de patients seront prioritaires dans les laboratoires : les personnes munies d'une ordonnance de leur médecin, celles qui présentent les symptômes du coronavirus, celles désignées comme contacts à risque et enfin les professionnels de santé. Ces patients doivent pouvoir être testées sous 24 heures, puis obtenir leur diagnostic dans un délai de 24 heures.

Deux plateformes téléphoniques seront mises en place dans les prochains jours, assure l'ARS des Hauts-de-France. La première à destination des médecins pour orienter le plus efficacement possible leur patients. La seconde pour les cas-contacts afin de leur garantir une prise en charge rapide.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société