Covid-19 - La situation se dégrade dans les Hauts-de-France : l'Oise et la Somme proches du seuil d'alerte

La situation sanitaire se dégrade depuis le début du mois de septembre dans les Hauts-de-France. Alors que le Nord et le Pas-de-Calais ont déjà dépassé le seuil d'alerte, les départements de la Somme et l'Oise s'en rapprochent nettement.

Tests Covid réalisés à Abbeville dans la Somme le 11 septembre 2020
Tests Covid réalisés à Abbeville dans la Somme le 11 septembre 2020 © FTV
Il suffit de regarder le taux d'incidence pour déterminer si un département a dépassé le seuil d'alerte ou non. C'est déjà le cas du Nord depuis le 6 septembre et du Pas-de-Calais depuis le 11. 

En Picardie, l'Oise et la Somme sont à la limite. Pour qu'un département bascule dans le rouge, il faut que le taux d'incidence dépasse les 50 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Selon les derniers chiffres, datant du 13 septembre, l'Oise a un taux d'incidence de 48,4 et la Somme 44,9, alors qu'ils étaient respectivement de 33,2 et 15,4 le 1er septembre. 
 

Dans l'Aisne, en revanche le taux d'incidence augmente mais est toujours en dessous du seuil avec 33,6 nouveaux cas positifs sur 100 000 habitants sur les 7 derniers jours. 

6075 nouveaux cas dans les Hauts-de-France

Si la situation est critique dans le Nord et le Pas-de-Calais, on constate cependant que le taux d'incidence baisse légèrement entre le 11 et le 13 septembre. 6075 nouveaux cas positifs ont été recencés sur l'ensemble de la région sur la semaine du 7 au 13 septembre. C'est 1800 de plus que la semaine précédente, sachant que le nombre de personnes testées est aussi en augmentation. 
 

À noter que l'Allemagne ainsi que la Belgique ont placé les départements du Nord et du Pas-de-Calais en zone à risque. Le ministère belge des Affaires étrangères a d'ailleurs précisé que les voyages non indispensables vers les deux départements français sont interdits et que la mise en quarantaine et le dépistage sont obligatoires pour les personnes revenant du Nord ou du Pas-de-Calais.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société