Gel agricole dans les Hauts-de-France : 5 questions à Patrick Marlière, météorologue et directeur d’Agate Météo

Publié le
Écrit par Berfin Topal

Avec le retour de températures hivernales, les exploitations agricoles ont subi le gel de plein fouet. Patrick Marlière, météorologue et directeur d’Agate Météo, répond à nos questions.

Quel est l’état du gel dans les Hauts-de-France ?

Avec l’épisode de neige en milieu de semaine, les températures ont été fortement impactées. Cela a provoqué du gel sur de nombreuses exploitations. La nuit de samedi à dimanche a été particulièrement difficile, c’était la pire. C’est surtout le sud de la région qui est touché, avec des températures allant jusqu’à -2 degrés. Mais contrairement au nord de la France, les gelées sont plus marquées dans le sud. Les vergers sont déjà arrivés à maturité donc il y a plus de risque que les fruits en pâtissent. 

Quelles sont les exploitations les plus fragiles ?

Les maraîchers et les arbres fruitiers. Ces derniers sont particulièrement fragiles car ils sont déjà en fleur au printemps comme les pêchers et les mirabelliers. Pendant un épisode de gel, la perte peut être maximale. L’impact est moins grave sur les pommiers.

Comment les agriculteurs peuvent-ils protéger leurs exploitations ?

Classiquement, c’est le système de chauffe par bougie qui est choisi. Il protège jusqu’à environ -5 degrés. Avec cette protection, les arboriculteurs peuvent observer au maximum 20 % de perte, mais s’il fait plus froid, l’impact est catastrophique car cet outil ne protège plus. Donc la plupart des professionnels optent pour une protection plus pertinente. Ils alternent entre les bougies et un arrosage en flux continu, comme une pluie fine qui arrose par le haut. Cela crée un effet igloo sur les fleurs avec le gel et les protège. Ils réservent ce dernier à leurs arbres les plus fragiles et choisissent les bougies pour les arbres les plus résistants. Il faut vérifier qu’il n’y ait pas de coupure de courant mais l’alternance de ces deux façons d’arroser est la meilleure solution pour protéger les vergers du gel. 

Le pire est-il derrière ?

Oui. La nuit de dimanche à lundi va être plus douce que la précédente. La situation devrait vraiment s’améliorer à partir de mardi, avec un vrai retour aux températures normales de saison mercredi. 

Une grande vague de gel avait été observée l’an dernier, celle de cette année est-elle de la même intensité ?

 L’année dernière, le gel avait eu plus de conséquence que cette année. Là où les exploitations n’étaient pas suffisamment protégées, il y a eu jusqu’à 60 % de pertes. Mais c’est surtout le sud de la France qui a été énormément touché.