Guesnain : un élève de maternelle attaché à sa chaise et bâillonné avec du scotch

Punitions d'un autre temps ? Une auxilliaire de vie scolaire a été sanctionnée pour avoir attaché un enfant de 4 ans à sa chaise et lui avoir mis du scotch sur la bouche.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © MAXPPP
Les faits datent de mars dernier. Ils ont eu lieu à l'école maternelle Paul-Bernard de Guesnain (dans le Douaisis). Un enfant de 4 ans que nous appellerons Lucas est attaché à sa chaise en classe ; à un autre moment, on lui met du scotch sur la bouche. 

La maman d'un de ses camarades en parle à ses parents, qui décident de porter plainte à la police et de faire un courrier au rectorat. Le père explique sa démarche dans La Voix du Nord qui a révélé cette affaire : "Moi-même, j’ai connu les tirages d’oreille et les coups de règle sur les doigts et je sais que mon fils peut être turbulent parfois… Mais là, ce qui nous rend dingue, c’est que personne ne nous a rien dit ! Mettre du scotch sur la bouche d’un gamin et l’attacher à une chaise, c’est une punition d’un autre âge ! Nous, on ne veut la peau de personne. On veut juste connaître la vérité et savoir combien de temps ces punitions ont duré."


AVS sanctionnée

Fin avril, les parents recçoivent un courrier du Rectorat leur indiquant que l'Auxilliaire de Vie Scolaire (AVS) qui travaille dans la classe de Lucas a reconnu les faits. Son contrat n'a pas été renouvelé. L'enseignant, lui, a été blanchi, au motif qu'il n'a rien vu et que la punition a été prise dans son dos, sans qu'il ne soit au courant. "Ces gestes inappropriés se sont produits lors de travaux d’élèves en petits groupes, dans le dos de l’instituteur stagiaire, qui faisait confiance à cette AVS. Il ne l’a pas vue agir", affirme le Rectorat. Un rappel à l'ordre a tout de même été fait auprès des enseignants.

Mais sur cette version des faits, les parents de Lucas sont très dubitatifs et estiment que le Rectorat cherche à protéger l'enseignant. "Qui peut croire que l’AVS a fait ça sans que les instits ne soient au courant ?" L'enquête de police autour de ces faits est toujours en cours.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société