Hauts-de-France : plus de 3.7 millions d'injections de vaccin réalisées, le nombre de cas de Covid toujours en baisse

De nombreux points pour se faire vacciner, plusieurs millions d'injections réalisées, l'éligibilité étendue aux plus de 18 ans et bientôt aux mineurs dès 12 ans... On fait le point sur la vaccination dans les Hauts-de-France. 

Plus de 3.7 millions de doses de vaccin ont été injectées dans les Hauts-de-France depuis le début officielle de la campagne de vaccination le 27 décembre 2020.
Plus de 3.7 millions de doses de vaccin ont été injectées dans les Hauts-de-France depuis le début officielle de la campagne de vaccination le 27 décembre 2020. © Frederik Giltay / FTV

La campagne de vaccination contre le Covid-19 se poursuit dans les Hauts-de-France. Depuis le 31 mai, elle s'est élargie à tous les adultes de 18 à 49 ans, quel que soit leur état de santé. Ils peuvent donc prétendre à Pfizer-BioNTech ou Moderna.  

A partir du 15 juin, la vaccination sera ouverte aux mineurs âgés de 12 à 18 ans. Pour prendre rendez-vous, il faudra se connecter sur Vite Ma Dose, Doctolib ou encore Santé.fr.

Dans toute la région, les injections et les créneaux de rendez-vous se multiplient. 

Où en est la vaccination dans la région ? 

Selon les derniers chiffres de l'Agence régionale de santé des Hauts-de-France en date du 9 juin, 3.730.121 injections ont été réalisées et 2.663.457  habitants ont reçu au moins une injection. En tout, 1.187.484 habitants de la région sont pleinement vaccinés au 7 juin selon les données de Santé publique France (c'est-à-dire des personnes qui ont un parcours vaccinal complet : deux injections, une seule par vaccin monodose ou parce qu'elles ont été déclarées positives au Covid-19 durant les mois précédents).

Personnes ayant reçu au moins une première dose par département 

Nombre de vaccinations complètes par département

Dans les deux cas, on constate que la vaccination continue sa pente ascendante. Pour donner un ordre d'idée, à ce stade de la campagne vaccinale, 20.3% de la population des Hauts-de-France a été totalement vaccinée. C'est un chiffre rassurant qui confirme la tendance d'accélération. En effet, au 1er mai, seulement 10.6% de la région était vaccinée après plusieurs mois de campagne. En somme, les Hauts-de-France ont réussi à faire en un mois ce qui avait été fait depuis le début de l'année.   

En tout 44.1% de la population régionale a reçu, de son côté, au moins une dose de vaccin. Au 1er mai, le chiffre était de 23.2%. On constate qu'il a presque doublé depuis. Les Hauts-de-France sont même au dessus de la moyenne nationale de 42.8%. 

Se faire vacciner dans les Hauts-de-France 

Dans les Hauts-de-France, pour permettre au plus de personnes de se faie vacciner, 930 points de vaccination sont actuellement disponibles selon les données de Santé.fr. Les créneaux libres sont régulièrement mis à jour grâce aux données fournies par Vite Ma Dose

Une baisse notable des cas positifs au Covid-19 

Au niveau du nombre de personnes déclarées positives au Covid, la tendance est également à la baisse. La décrue s'est amorcée en avril avec plus de 24.000 cas positifs dans la région durant la semaine du 1er avril et se poursuit jusqu'à maintenant : du 31 mai au 6 juin, seulement 4.493 cas positifs ont été enregistrés.

Il faut toutefois noter que depuis quelques temps déjà, le nombre de tests PCR est aussi en baisse...  

Le chiffre des hospitalisations continue sa décrue : 1.818 patients sont actuellement hospitalisées et 321 en réanimation. Il y a trois semaines, ils étaient respectivement 2.372 et 423. 

"On ne peut que se féliciter de l'ouverture précoce des calendriers"

Le point positif, selon Jacques Franzoni, médecin coordinateur du centre de vaccination Jean-Mineur, c'est "l'ouverture de la vaccination aux plus de 18 ans, ça faisait un moment que ça poussait pour l'avoir. On ne peut que se féliciter de l'ouverture précoce des calendriers."

Prochaine étape cruciale, l'ouverture aux 12-17 ans, prévue le 15 juin prochain. "Ça aura son effet, affirme le médecin. Des parents essaient de venir avec leurs enfants. Que ce soit pour des raisons personnelles, des vacances, les gens veulent faire vacciner leurs enfants, et tant mieux. Aux Etats-Unis et au Danemark, ils ont déjà ouvert la vaccination à cette tranche d'âge-là."

Même observation pour Stéphanie Leclaire-Dalvy, responsable du centre de vaccination de Beauvais. "On a constaté que des parents venaient avec leurs enfants, mais on leur dit de revenir la semaine prochaine. Il y a une demande évidente : le pass sanitaire va arriver, il sera nécessaire pour retourner à certains événements, pour les départs en vacances aussi."

"On ne manque pas de doses"

L'AstraZeneca, toujours boudé par une partie de la population, n'est pas distribué au centre de vaccination de Beauvais. Du côté de Valenciennes, "on ne fait plus que les deuxièmes doses en AstraZeneca. Aujourd'hui, l'immense apport de doses vient de Pfizer."

Jacques Franzoni explique que son centre a à sa disposition "des doses de Pfizer en masse, qui permet de vacciner en masse. Le remplissage des plages est plus lent qu'initialement, mais ça s'explique par le fait qu'on absorbe plus rapidement le nombre de patients grâce au nombre important de doses disponibles."

"On ne manque pas de doses, il y en a d'ailleurs plus que de rendez-vous pris, indique quant à elle Stéphanie Leclaire Dalvy. Mais on équilibre, bien sûr. En plus, il n'y aura aucun souci de places pour trouver un rendez-vous lorsque la vaccination sera ouverte aux 12-17 ans". Le message est donc clair : les adolescents n'auront pas de mal à trouver une plage horaire à partir du 15 juin. 

Le remplissage des plages est plus lent qu'initialement, mais ça s'explique par le fait qu'on absorbe plus rapidement le nombre de patients grâce au nombre important de doses disponibles.

Jacques Franzoni

D'ailleurs, son centre de vaccination de Beauvais "va bientôt passer la barre des 50.000 personnes vaccinées, actuellement nous sommes à 49.000". Et il se pourrait bien qu'ils arrivent à cette étape rapidement. "Chez nous, on a de très forts weekends. On est déjà monté à 1200 doses injectées en une journée." Au centre de vaccination du gymnase Jean-Mineur, "on a déjà atteint 3100 injections en un samedi".

Comme l'affirme Stéphanie Leclaire-Dalvy, les "petits moments chaotiques" à cause de la visibilité "qui n'est pas celle qu'on a aujourd'hui" sont désormais de l'histoire ancienne et la machine vaccinale semble tourner à toute vitesse.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19