Hauts-de-France : Xavier Bertrand assure que 13 millions de masques seront livrés d'ici le 20 mai

Cinq jours après le déconfinement, le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a tenu à faire un point sur la distribution des masques. Si des retards ont été constatés, il assure que 13 millions de masques seront livrés d'ici le 20 mai.
La région Hauts-de-France a commandé 16 millions de masques au total. La distribution est assurée par les communes (Image d'illustration)
La région Hauts-de-France a commandé 16 millions de masques au total. La distribution est assurée par les communes (Image d'illustration) © FTV
"C'est du jamais vu, je comprends pourquoi on est très peu de régions à avoir lancé une telle opération", confie Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, cinq jours après la fin du confinement.

L'opération "un masque pour chacun" a été lancée le 16 avril avec comme objectif d'équiper l'ensemble de la population des Hauts-de-France. Pour ce faire, la Région a commandé 10 millions de masques chirurgicaux et 6 millions de masques en tissu réutilisables et lavables 20 fois.
 


Priorité à certaines communes

Depuis lundi, priorité d'abord aux deux départements les plus touchés par l'épidémie de coronavirus : l'Oise et l'Aisne. "Depuis le 13 mai, ces deux départements ont déjà reçu leur dotation en masques chirurgicaux et en tissu parce que c'est là où le virus circulait le plus et c'est là où il fallait protéger en premier les habitants", explique Xavier Bertrand. 

Priorité également, dans un premier temps, aux habitants des communes qui n'avaient pas prévu d'assurer déjà une distribution, soit 4 millions de personnes. D'ici le 20 mai, le président de la région Hauts-de-France assure que 10 millions de masques chirurgicaux, commandés pour faire face à l'urgence, et près de 3 millions de masques en tissus réutilisables auront été distribués dans les cinq départements. 

Une deuxième distribution sera assurée après le week-end de l'Ascension pour les 350 villes qui avaient déjà prévu leur distribution de masques, comme Amiens et Lille. Un réassort est prévu en fonction des communes qui en auront le plus besoin.
 

"S'il y a des retards, c'est de ma faute"

Depuis lundi, les masques sont acheminés vers 80 points relais. "Nous livrons tous les jours à flux tendus, c'est un effort de logistique considérable", affirme le président de région qui reconnaît qu'il y a pu avoir certains bugs. "S'il y a des retards, ce n'est pas la faute des maires, c'est de ma faute. J'assume l'entière responsabilité de cette opération."
 
En effet, selon les départements le mode de distribution n'est pas le même. Dans l'Oise, l'acheminement est assuré par les communautés de communes. Idem dans le Nord. Dans le Pas-de-Calais, ce sont les maisons du département, dans la Somme le groupement de gendarmerie et dans l'Aisne c'est finalement le SDIS qui est intervenu, après avoir envisagé de livrer dans les chefs-lieux des cantons. "On a voulu faire trop compliqué pour l'Aisne", reconnaît Xavier Bertrand. 


Des masques en tissu made in Hauts-de-France

Si les délais de livraison sont plus longs, c'est aussi parce que le président de région a tenu à s'approvisionner localement. Les masques chirurgicaux ont été commandés en Chine, mais les masques en tissu sont produits par le réseau Résilience, rassemblant PME du textile, entreprises d'insertion, ou encore bénévoles. 

"J'ai refusé des propositions du Portugal, de Tunisie, de Pologne pour produire en Hauts-de-France. On aurait pu aller plus vite, mais j'ai voulu privilégier le made in France. On ne peut pas imposer des cadences de fou aux bénévoles et à ceux qui se sont reconvertis comme chez Toyota", explique Xavier Bertrand. 


Coût total de l'opération : 20 millions d'euros 

Au total, la Région a dépensé 20 millions d'euros, dont près de 7 pour les masques en tissu, espérant que l'Etat prendra en charge 50% du coût.

La Région a également mis en place une centrale d'achat qui permettrait de mettre à disposition des habitants des masques à prix coûtant. "Déjà 1412 communes et 42 inter-communalités sont intéressées", assure le président de région. 

À plus long terme, Xavier Bertrand a renouvelé son souhait de créer une filière de production de masques dans les Hauts-de-France, persuadé qu'ils feront partie de nos habitudes d'ici quelque temps. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société