Cet article date de plus de 8 ans

La fédé PS du Pas-de-Calais placée sous tutelle

La direction du PS a décidé mardi une mise sous tutelle partielle de la fédération du Pas-de-Calais.

© AFP

Le rapport d'Alain Richard pointe des dysfonctionnements, mais pas de "système de corruption".

Le bureau national du PS (direction du parti) réuni mardi soir à Solférino a décidé,
à l'"unanimité" selon la première secrétaire Martine Aubry, la mise "sous tutelle
des instances de direction de la fédération"
du Pas-de-Calais.


Une décision prise avec l'adoption à l'unanimité d'un rapport de la commission d'enquête créée le 8 décembre par Mme Aubry sur cette fédération, parmi les trois plus importantes du PS, alors visée par des accusations de financement politique occulte.

"C'est la direction de la fédération qui été mise sous tutelle mais pas l'ensemble de la fédération", a précisé à l'AFP le secrétaire national, Christophe Borgel, à l'issue du BN.

Cinq responsables du parti - Alain Fontanel, Philippe-Xavier Bonnefoy, Laurence
Rossignol, Marc Mancel et Marianne Louis - vont procéder, comme dans l'Hérault et les Bouches-du-Rhône, a expliqué Mme Aubry: "ils vont travailler à la rénovation et à la mise en place de nouvelles instances en essayant de conclure avec tout le monde un contrat de rénovation".


Le rapport, souligne-t-elle, a relevé plusieurs manquements aux règles du parti, en termes de parité, de désignations, de diversité, de renouvellement des générations et enfin de respect des accords avec les partis partenaires.

Sur ce dernier point, l"'apogée" a été atteinte aux législatives où "beaucoup de responsables ont soutenu des candidats" dissidents, tels Jean-Pierre Kucheida, dans la circonscription de Liévin, exclu du PS en mai pour s'être présenté face au candidat investi par le parti.

L’incapacité de la direction de la fédération à faire respecter les règles

Il y a par ailleurs "des sections qui sont beaucoup trop autonomes, qui ont des moyens financiers en liquide qu'elles ne devraient pas avoir", a-t-elle souligné. "Et sur le bassin minier", à Liévin, "il y a des règlements d'élus en liquide" et "il y a un compte de 120.000 euros dont on se sait pas très bien à quoi il sert", a-t-elle dit, confirmant les constats de la commission.

En revanche, cette dernière a écarté l'existence d'un "système de corruption" d'élus généralisée comme l'avait évoqué Arnaud Montebourg, secrétaire national à la rénovation, dans une lettre en novembre à Mme Aubry.

"Il est avéré, aux yeux des membres de la commission, que l'accusation énoncée à l'encontre d'un "système de corruption" pouvant bénéficier au PS dans le Pas-de-Calais est dénuée de fondement", écrit ainsi Alain Richard, président de la commission, dans son rapport.

"Il n'y pas un "système" du Pas-de-Calais et une fédération et un département dans lequel tous les socialistes auraient des problèmes. Non", a martelé Mme Aubry devant la presse.

"Une mise sous tutelle partielle, qu'est-ce que ça veut dire?", a demandé Guy Delcourt, maire de Lens et député PS du Pas-de-Calais en apprenant la nouvelle par l'AFP, "C'est beaucoup de bruit pour pas grand chose". "Cela va tourner l'attention sur le Pas-de-Calais alors que peut-être aurait-il fallu plutôt se consacrer uniquement à l'harmonie que nous vivons actuellement par la majorité qui est la nôtre à l'Assemblée nationale", a-t-il regretté, soulignant que les "militants du Pas-de-Calais ne sont pas tous et toutes des inféodés".

Le résumé de la situation en vidéo

La fédé PS du Pas-de-Calais placée sous tutelle

La Voix du Nord a publié l'intégralité du rapport. Vous pouvez le lire  ici. 

Une mise sous tutelle trop "tardive" selon le FN

Le Front national a jugé mardi dans un communiqué la décision du Parti socialiste de mettre sous tutelle partielle la fédération du Pas-de-Calais "opportuniste et trop tardive".

Steeve Briois, secrétaire général du FN et conseiller régional du Nord/Pas-de-Calais,
"dénonce une décision opportuniste et trop tardive pour être honnête", est-il indiqué
dans le communiqué.
"La mise sous tutelle de la fédération socialiste du Pas-de-Calais est la conséquence directe de l'affaiblissement électoral de ses barons du Bassin minier", ajoute l'élu local, également conseiller municipal à Hénin-Beaumont.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
parti socialiste politique