Le 29 septembre c'est la journée mondiale du coeur

Comme chaque année, la journée mondiale du coeur se déroule le 29 septembre. Elle vise à mieux faire connaître au grand public les facteurs de risque liés aux maladies cardiovasculaires. Cette année, la Fédération Française de Cardiologie met l'accent sur l'infractus chez la femme. 

A l’occasion de la Journée mondiale du cœur, la Fédération Française de Cardiologie dévoile une campagne qui alerte les femmes sur des symptômes pouvant révéler un infarctus. Souvent méconnus, ils sont différents de ceux ressentis par les hommes. 

Près de la moitié des femmes de moins de 60 ans victimes d’un infarctus du myocarde n’ont pas ressenti les symptômes classiques chez les hommes, douleur dans la poitrine irradiant le bras gauche et la mâchoire.

Les maladies cardiovasculaires ou cardio-neurovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde, la deuxième en France (première pour les femmes) juste après les cancers. En effet près de 20 millions de Français ont un risque élevé de développer une maladie cardiovasculaire au cours de leur vie. Le taux de mortalité lié aux pathologies cardiovasculaires en Picardie est de  (+17,2 %). 

Une attention particulière est nécessaire de la part des jeunes femmes présentant au moins un facteur de risque cardiovasculaire : tabac, stress, sédentarité, hypertension artérielle, cholestérol, diabète, etc. Pour sa campagne de sensibilisation la Fédération Française de Cardiologie a fait appel à des comédiennes pour alerter sur les signes de l'infarctus chez la femme. 

Un film qui capte le désarroi de comédiennes face à leur incapacité à jouer les symptômes d’un infarctus lors d’un casting pas comme les autres. Dans un premier temps, il sera diffusé exclusivement sur les réseaux sociaux. 



La FFC, association d’utilité publique
La Fédération française de cardiologie (FFC) se bat depuis 50 ans pour la prévention, la recherche clinique, l’accompagnement des patients et la promotion des gestes qui sauvent. Elle propose désormais ses "Parcours du cœur" à l’école (cette année du 23 mars au 5 avril) avec des ateliers sur l’alimentation, l’activité physique, le tabac et le secourisme. Selon la FFC, les jeunes sont de plus en plus sédentaires et donc sensibles au risque cardiologique. Dans la population générale, les maladies et crises cardiaques sont la deuxième cause de mortalité en France. Seuls les cancers tuent davantage.