Lubrizol : les producteurs du Nord, l'Aisne, l'Oise et la Somme peuvent à nouveau vendre leur lait

Traite du lait illustration / © MAXPPP
Traite du lait illustration / © MAXPPP

Lors de sa visite ce lundi dans des exploitations de l'Oise et la Somme touchées par l'incendie de l'usine Lubrizol, la présidente du syndicat agricole FNSEA a annoncé la levée des restrictions sanitaires concernant la collecte de lait.

Par Eline Erzilbengoa

Voilà plus de deux semaines que les agriculteurs attendaient cette décision. Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, a annoncé la levée des restrictions sanitaires concernant les produits laitiers provenant des exploitations touchées par l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen.

Annonce confirmée par les préfets des cinq départements concernés (Seine-Maritime, Nord, Aisne, Oise et Somme) qui vont abroger partiellement les arrêtés préfectoraux pris pour protéger les consommateurs. "C'est un soulagement, parce que cela fait plus de quinze jours que les producteurs laitiers jettent leur production dans les champs ou les fosses à lisier pour l'éliminer d'une façon ou d'une autre. (...) C'était très pesant d'aller voir les producteurs et de leur dire d'attendre encore," signale Denis Bully, président de FDSEA de la Somme.

Les pertes se sont en effet accumulées. Les agriculteurs, et particulièrement les producteurs laitiers, s'étaient insurgés la semaine dernière, excédés d'être laissés dans l'attente de la reprise de la commercialisation de leurs produits. 

Alors que le ministre de l'Agriculture annonçait vendredi 11 octobre que les analyses effectuées sur le lait étaient conformes à la réglementation et sans traces de contamination, la reprise de la collecte n'avait pas été autorisée. Il manquait l'avis favorable de l'Agence nationale de sécurité sanitaire et de l'alimentation (Anses) qui tardait à être communiqué, malgré la colère des agriculteurs et les relances de la préfète de la Somme.
 


"Une surveillance renforcée"

Des analyses de lait "ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires" pour divers contaminants, a indiqué ce lundi l'Anses. Elle "souligne toutefois que des éléments d'incertitudes demeurent quant au risque de contamination du lait par les retombées de l'incendie et recommande des travaux supplémentaires", selon un communiqué.

Pour l'agence, une éventuelle "levée des mesures de restrictions de la commercialisation du lait doit s'accompagner d'un dispositif de surveillance renforcée". 
 

Plus de 1 900 fermes touchées dans la région

Après l'incendie de l'usine Lubrizol, près d'une centaine de communes réparties sur 4 des 5 départements des Hauts-de-France ont été touchées par les retombées de suies du nuage de fumée.
 

1 962 élevages et fermes de cultures ont au moins une parcelle dans l’une des communes touchées par les arrêtés préfectoraux dans la région. Parmi ces fermes, 312 font partie des élevages laitiers qui vont être indemnisés.
 
Un avis de l’Anses est attendu dans les prochains jours pour les autres productions. En conséquence, les mesures de restriction pour le miel, œufs, poissons et les végétaux sont maintenues.
 

Sur le même sujet

Les + Lus