Mélinda, mortellement ébouillantée à Neuf-Mesnil : le beau-père “excédé par cette petite fille”

Le beau-père de Mélinda, 18 mois, a avoué avoir mortellement ébouillanté la fillette mardi soir à Neuf-Mesnil, "excédé par cette petite fille", selon le procureur de la république de Valenciennes. La mère et l'oncle de l'enfant, présents lors des faits, n'ont pas réagi "peur" du suspect.

Par @f3nord

Le parquet de Valenciennes a ouvert ce vendredi une information judiciaire "coups mortels sur une mineure de moins de 15 ans et non assistance à personne en danger", après la mort mercredi à Neuf-Mesnil de Mélinda, 18 mois. Sa mère, le compagnon de cette dernière, et son oncle sont poursuivis. 

On apprend ce vendredi soir que le beau-père de la fillette a avoué avoir ébouillanté Mélinda en lui donnant son bain mardi soir, en justifiant "un énervement". "Cette petite fille l'énerve de manière récurrente" rapporte le procureur de la république de Valenciennes François Pérain. "Ses cris le mettent en colère, et il est excédé par cette petite fille", selon les déclarations du suspect. 


La mère et l'oncle de Mélinda "passifs"

Les faits se sont déroulés mardi soir (17 mai), chez l'oncle de la petite victime. Ce dernier était présent au moment du crime, tout comme la mère de Mélinda. Ils n'ont rien fait. Les secours n'ont été appelés que mercredi après-midi, alors que la fillette était brûlée sur 80% de la surface du corps, à l'agonie depuis de longues heures. Lorsque les pompiers sont arrivés, il était trop tard.

"La mère est plutôt passive, elle dit qu'elle a peur de son concubin. L'oncle également, il est passif. C'est comme cela qu'ils décrivent la relation qu'ils ont avec lui : ils en ont peur" précise le parquet. 

En décembre 2013, une première fillette de la mère, nommée Joulia et alors âgée de 21 mois, était morte suite à des coups mortels, alors que son parrain en avait la charge un samedi soir à Hautmont. Ce dernier est incarcéré depuis, dans l'attente de son jugement. Des maltraitances plus anciennes ayant été découvertes à l'époque des faits sur le corps de l'enfant, les parents (qui sont ceux de Mélinda), sont poursuivis dans ce dossier pour maltraitances. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus