• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Migrants à Calais : l'Angleterre, eldorado du travail clandestin

Un journaliste de la BBC s'est fait passer pour un immigré clandestin et s'est vu proposer une douzaine de jobs. / © Capture d'écran BBC
Un journaliste de la BBC s'est fait passer pour un immigré clandestin et s'est vu proposer une douzaine de jobs. / © Capture d'écran BBC

Une enquête de la BBC, réalisée en caméra cachée, montre avec quelle facilité les migrants qui arrivent en Grande-Bretagne peuvent travailler clandestinement sans permis de travail.

Par YF

L'enquête, diffusée ce mardi par la chaîne publique BBC South East, montre que les migrants qui parviennent à quitter Calais, franchir la Manche et rejoindre le sol anglais peuvent trouver très facilement du travail, en toute illégalité.

Un journaliste de la BBC, doté d'une caméra cachée, s'est fait passer pour un migrant à la recherche d'un emploi dans le Sussex et le Kent, les deux comtés du sud-est, les plus proches de la France. Son enquête s'est déroulée dans les villes de Brighton, Saint Leonards, Gravesend, Dartford et Maidstone. En 10 heures de démarches auprès de différents commerces et entreprises locaux, il s'est vu proposer une douzaine de "jobs" tout en ayant indiqué aux employeurs qu'il ne disposait pas d'un permis de travail.

"Si tu travailles à temps partiel, c'est une sécurité pour toi"

L'un d'entre eux lui a proposé un salaire horaire de 2,80£ (environ 4 euros) plus de deux fois inférieur au minimum légal fixé en Grande-Bretagne à 6,70£ de l'heure (environ 9,50 euros) pour une personne de plus de 21 ans. D'autres lui ont donné des combines pour esquiver les contrôles. "Si tu travailles à plein temps au même endroit, tu auras des problèmes avec l'immigration, ce n'est pas bon pour toi", a ainsi expliqué un employeur de Brighton, dans ce qui ressemble à un restaurant."Mais si tu travailles à temps partiel, c'est une sécurité pour toi". 

Le ministère britannique de l'Intérieur assure que 1 974 amendes ont été distribuées en 2014 et 2015 à des entreprises ayant eu recours à des immigrés clandestins et rappelle que la pénalité est de 20 000 £  (28 500 euros) par employé illégal. "Utiliser de la main d'oeuvre illégale, c'est refuser du travail aux citoyens britanniques et aux immigrés légaux et ça tire les salaires vers le bas", rappelle à la BBC un porte-parole du ministère. Mais visiblement, ni les avertissements, ni les amendes ne semblent dissuasifs.

Le gouvernement conservateur de David Cameron a voté une nouvelle loi sur l'immigration censée alourdir les sanctions contre le travail clandestin. Mais comme le signale la BBC, ce sont les immigrés qui sont les premiers visés et qui pourraient encourir une peine de prison de 6 mois s'ils sont surpris en train de travailler de clandestinement. Les employeurs, eux, ne sont menacés d'emprisonnement qu'en cas de plusieurs récidives. Leurs commerces et leurs entreprises n'encourent, eux, qu'une simple fermeture administrative de 48 heures.  

A lire aussi

Sur le même sujet

L'agriculture de l'Union européenne peut-elle être verte ?

Les + Lus