Migrants à Calais : Paris et Londres promettent d'"intensifier" les efforts pour "améliorer la situation"

La France et le Royaume-Uni veulent "intensifier" les efforts pour "améliorer la situation" des migrants entassés à Calais, poursuivant ainsi la collaboration malgré la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne, ont déclaré mardi les ministres de l'Intérieur des deux pays.

"Nos deux pays reconnaissent que la situation humanitaire à Calais nous affecte profondément", ont déclaré, dans un communiqué commun, Bernard Cazeneuve et sa nouvelle homologue britannique Amber Rudd à l'issue d'une rencontre à Paris. Ils ont souligné la "nécessité d'intensifier" leurs "efforts conjoints pour continuer d'y améliorer la situation" et rappelé leur souhait de "poursuivre" leur "étroite collaboration", malgré le vote britannique en faveur du Brexit en juin.

"Faire des efforts sur les investissements pour protéger la frontière commune"

Ils ont par ailleurs rappelé leur volonté de continuer "de faire des efforts sur les investissements pour protéger la frontière commune", en assurer de "manière efficace la gestion", et garantir "la répression des activités des groupes criminels". Les ministres rappellent que "28 filières d'immigration irrégulière vers le Royaume-Uni ont été démantelées en 2015, suivis de 28 autres depuis le début de cette année". Selon le communiqué, "environ 7.000 migrants, dont 5.000 sans logement", sont présents actuellement à Calais.

Lundi, l'association France terre d'asile avait indiqué que le nombre de mineurs isolés sur les camps de cette ville du Pas-de-Calais frôlait les 900, un nombre qui a plus que doublé en trois mois. "Les autorités françaises ont pris en charge (...) plus de 2.000 demandeurs d'asile présents dans le Calaisis ainsi que plus de 5.000 migrants dans des centres provisoires situés à travers la France", soulignent les ministres.
L'intégralité du communiqué
Face aux défis de la crise migratoire en Europe, et tenant compte de la pression migratoire dans le Calaisis et de sa situation particulièrement difficile sur le plan humanitaire, nous nous engageons à collaborer de manière étroite pour renforcer la sécurité de notre frontière commune, afin de réduire substantiellement la pression migratoire à Calais, en préservant les intérêts économiques vitaux garantis aux postes de contrôles juxtaposés.
Nous nous engageons notamment dans les prochains mois à :
Poursuivre notre étroite collaboration pour résoudre la situation dans le Calaisis en rehaussant le niveau de sécurité des ports et du tunnel : un total de 100 millions d’euros a déjà été débloqué par les autorités britanniques à ces fins. En outre, depuis un an les autorités françaises mettent à disposition jour et nuit 1 000 policiers et gendarmes afin de prévenir toute intrusion et  protéger les personnes et les biens à l’intérieur et autour des zones portuaires et du tunnel. Ce dispositif a été récemment complété par 160 agents supplémentaires
Poursuivre notre collaboration étroite afin d’assurer la répression des activités des groupes criminels organisés qui exploitent les personnes vulnérables. 28 filières d’immigration irrégulière vers le Royaume-Uni ont été démantelées en 2015, suivis de  28 autres depuis le début de cette année
Répondre efficacement aux défis humanitaires à Calais, compte tenu de la présence actuelle d’environ 7 000 migrants, dont 5 000 sans logement. Depuis 2015, les autorités françaises ont pris en charge dans le cadre du Schéma national pour l’accueil des demandeurs d’asile plus de 2 000 demandeurs d’asile présents dans le Calaisis ainsi que plus de 5 000 migrants dans des centres provisoires situés à travers la France
Continuer à travailler ensemble pour assurer le retour des migrants irréguliers à Calais sans besoin de protection. Depuis 2015, plus de 2 700 migrants irréguliers ont déjà été éloignés du territoire français
Accepter l’entrée d’enfants non accompagnés demandeurs d’asile sur le territoire britannique dans les cas où ceci est dans leur intérêt, conformément au règlement Dublin III
Nos deux pays reconnaissent que la situation humanitaire à Calais nous affecte profondément. Nous sommes convenus de la nécessité d’intensifier nos efforts conjoints pour continuer d’y améliorer la situation. Nous poursuivrons notre collaboration étroite dans tous les domaines couverts par la déclaration ministérielle conjointe d’août 2015 et continuerons de faire des efforts sur les investissements pour protéger la frontière commune. Les travaux supplémentaires entrepris à cet égard tiendront compte des résultats des revues de sécurité franco-britanniques, ainsi que des mesures restant à prendre, y compris par le Royaume-Uni, pour poursuivre de manière efficace la gestion de la frontière commune.
Nous nous réjouissons de la poursuite de la collaboration entre nos deux pays sur ces enjeux ainsi que sur d’autres sujets importants nous aurons à traiter au cours des mois et des années à venir.