• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Non, le communiste Fabien Roussel n'a pas suggéré un référendum sur la peine de mort ou le mariage pour tous

© Alain JOCARD / AFP
© Alain JOCARD / AFP

Les déclarations du député nordiste Fabien Roussel sur BFMTV ont été en partie sorties de leur contexte et extrapolées.

Par Quentin Vasseur

L'échange de ce mardi matin entre le secrétaire général du Parti communiste (et député nordiste) Fabien Roussel et le journaliste Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV n'est pas passé inaperçu.

 

"Pourquoi pas !"

Interrogé sur le Référendum d'initiative citoyenne (RIC), l'une des principales revendications des Gilets jaunes, le député a estimé qu'"il n'y a rien de mieux que de pouvoir interroger les Français".

Le journaliste lui demande alors si un tel référendum pourrait être posé sur le mariage pour tous ou sur la peine de mort. "Mais pourquoi pas !" répond Fabien Roussel, "si les Français le veulent".
 

 

L'intégralité de l'échange :

Roussel : Le référendum, c'est sain pour la démocratie. Il n'y a rien de mieux que de pouvoir interroger les Français, nos concitoyens, le peuple, sur des sujets importants.
Bourdin : Mais quand le gouvernement devrait-il l'organiser ?
Roussel : Mais là ! Faisons un référendum sur le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune !"
Bourdin : Nous pourrions organiser des référendums sur chaque proposition ?
Roussel : Mais pourquoi pas ? Regardez aux États-Unis ! À chaque scrutin, aux États-Unis, ils ont des feuilles comme ça !
Bourdin : Ça dépend des États...
Roussel : Mais ça se fait ! Ça se fait dans de nombreux pays. Où on interroge la population sur un tas de sujets. Il doit même être possible que les gens puissent demander un référendum sur un sujet ! Pourquoi pas ?
Bourdin : Mariage pour tous, par exemple ? Le mariage pour tous ?
Roussel : Mais pourquoi pas ? Sur tous les sujets.
Bourdin : Donc sur tous les sujets ? Peine de mort... ? 
Roussel : Je sais bien que quand le peuple n'est pas bien, on a envie de le changer. N'ayons pas peur de débattre
Bourdin : Donc sur la peine de mort, vous seriez capable d'accepter un référendum? 
Roussel : Mais bien sûr, si les Français le veulent !


Des propos qui ont interpellé, d'autant plus que plusieurs médias ont lié son soutien au RIC avec la peine de mort. Ce qui l'a poussé par la suite à réagir sur son compte Twitter. Il y estime que "le RIC doit permettre de gagner des droits nouveaux, pas de mettre en cause des droits fondamentaux."
 

 

"J'ai dit qu'il ne fallait pas avoir peur d'interroger les Français"

Joint par téléphone, le député nordiste a assuré que la peine de mort n'était "pas une question qui devrait être posée aujourd'hui." Le but n'est "pas de revenir sur des acquis", mais d'en obtenir de nouveaux.

Il estime qu'il faudrait "interroger plus souvent nos concitoyens sur des sujets locaux ou nationaux", prenant notamment pour exemple un "référendum sur la répartition des salaires et des richesses" ou sur le "maintien de La Poste" comme service public.

"J'ai dit qu'il ne fallait pas avoir peur d'interroger les Français sur toutes les questions." a-t-il également ajouté.
 

Sur le même sujet

La galette des rois revisitée

Les + Lus